Départ canon pour le 48e Festival western

Des milliers de personnes avaient déjà envahi les... (PHOTO: OLIVIER CROTEAU)

Agrandir

Des milliers de personnes avaient déjà envahi les rues de Saint-Tite, vendredi, pour l'ouverture de la 48e édition du Festival western.

PHOTO: OLIVIER CROTEAU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Tite) La 48e édition du Festival western venait à peine de débuter vendredi que déjà des milliers de personnes avaient envahi Saint-Tite. Si le grand défilé à traction animale de demain devrait être l'événement le plus couru du premier week-end de festivités, un deuxième défilé, politique celui-là, attirera l'attention. Élections obligent, plusieurs politiciens fédéraux se rendront au festival, où près de 600 000 personnes sont attendues.

«C'est ma 7e édition comme directeur général et je dois avouer que ça m'apparaît être un gros vendredi», lançait vendredi Pascal Lafrenière, l'homme à la tête de l'organisation du mythique festival western. «Il y a beaucoup de personnes à la billetterie pour les tractions chevalines. Nous sommes vraiment agréablement satisfaits du départ de l'événement.»

Beau temps aidant, les festivaliers étaient très nombreux vendredi à prendre d'assaut les routes qui amènent vers Saint-Tite. Déjà en début d'après-midi, un bouchon de circulation entre le secteur Saint-Georges à Shawinigan et Saint-Tite, une distance de 11 kilomètres, compliquait grandement la vie des automobilistes.

«Ç'est aussi ça Saint-Tite. Il y a de la congestion à l'occasion, mais normalement ça va bien», souligne Pascal Lafrenière. 

Le directeur général du festival indique par ailleurs que les ventes de billets pour les spectacles et les rodéos vont très bien. «Nous avions de petites craintes au début de l'été par rapport à la situation économique, il y a quand même l'usine Laurentide qui a fermé comme d'autres industries, mais les gens sont là. Il a fallu s'adapter avec une stratégie un peu différente et les gens répondent bien à la programmation», ajoute Pascal Lafrenière. 

D'ailleurs, le Festival western est un moteur économique majeur pour Saint-Tite et la région. Pascal Lafrenière souligne que selon la dernière étude touristique, les retombées économiques directes sont évaluées à 32 millions $ alors que les indirectes s'élèvent à 48 millions $. «Nous sommes une grosse industrie pour la région. Et ça dépasse les limites de Saint-Tite.»

Rares sont les résidents de Saint-Tite qui n'accueillent pas des campeurs sur leur terrain. Chaque année, entre 8000 et 10 000 véhicules motorisés s'installent dans la petite localité pour le festival. Le prix moyen de camping pour ces véhicule pour les dix jours de l'événement est d'environ 300 $, note Pascal Lafrenière. «Le camping des véhicules motorisés représente près de 3 millions $ en retombées économiques pour les résidents. C'est 3 millions en argent pur. Tout le monde en bénéficie», précise-t-il en ajoutant que l'école secondaire Paul-le Jeune amasse près de 150 000 $ durant le festival avec son camping de véhicules motorisés. 

Cette année encore, les rodéos seront des événements très populaires à Saint-Tite. Les organisateurs proposent dix rodéos professionnels aux festivaliers, dont certains de soir. D'ailleurs, le Festival western a retenu les service de l'entreprise montréalaise TKNL pour l'animation multimédia des rodéos présentés en soirée. «Lorsqu'au Centre Bell on met le ''feu'' à la glace, ça prend de l'équipement spécial qui fait cette animation. Nous aurons quelque chose de semblable aux grandes estrades», confie avec fierté Pascal Lafrenière. «On souhaite toujours amener l'expérience des clients un peu plus loin.»

Afin de rendre justement l'expérience des festivaliers plus complète, le Festival western propose à nouveau du théâtre de rue alors que les activités à la Place de la famille ont été bonifiées. De plus, la Monnaie royale canadienne a frappé une pièce spécialement pour le Festival western. «Nous sommes fiers d'avoir un dollar souvenir. Il n'y a pas beaucoup d'événements qui ont eu ça au Québec.»

Les élections se transportent à Saint-Tite

Le lieutenant politique québécois de Stephen Harper, Denis Lebel, sera à Saint-Tite aujourd'hui en compagnie des candidats conservateurs de la région. Il prévoit rencontrer les organisateurs du festival et se mêler à la foule. 

Demain, le coprésident de la campagne québécoise du Nouveau Parti démocratique et député sortant de Rosemont-La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice, doit rencontrer les médias en matinée avec les candidats de la région avant de prendre part aux festivités. Saint-Tite est la première destination de la tournée des régions du Québec d'Alexandre Boulerice. 

Le candidat libéral dans Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, se rendra également à Saint-Tite demain. Il y a toutefois fort à parier que d'autres visites politiques auront lieu d'ici le 20 septembre, date de la fin de la 48e édition du Festival western de Saint-Tite. 

Bien qu'ils ne sont pas en élections, des politiciens provinciaux devraient participer à la fête. Déjà, nous savons que la vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, doit se rendre à Saint-Tite ce week-end. Elle doit notamment accompagner la députée de Laviolette, Julie Boulet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer