André Valois lance sa campagne

Le candidat du Bloc québécois dans Trois-Rivières, André... (Photo: Gabriel Delisle, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le candidat du Bloc québécois dans Trois-Rivières, André Valois, a lancé sa campagne jeudi soir.

Photo: Gabriel Delisle, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que la moitié de la campagne électorale est déjà chose du passé, le bloquiste André Valois a officiellement lancé la sienne jeudi soir. Devant une centaine de militants, le candidat dans Trois-Rivières a notamment proposé qu'Ottawa utilise la TPS perçue lors de la réalisation des travaux de réfection des bâtiments touchés par la pyrrhotite pour créer un fonds d'aide aux victimes de ce vice de construction.

«Ottawa encaisse 5% de la TPS sur les travaux. Ce 5% pourrait servir de fonds de démarrage pour aider les gens atteints», a affirmé lors de son discours le candidat dans la circonscription de Trois-Rivières.

Le discours du bloquiste était évidemment à très forte teneur souverainiste. À l'exception de la question de la pyrrhotite, André Valois n'a abordé que brièvement certaines préoccupations locales. Il a notamment souligné que le projet d'oléoduc Énergie Est menace la rivière Saint-Maurice et la rivière Sainte-Anne [une rivière à l'extérieur de la circonscription de Trois-Rivières]. Il estime que les conséquences d'un déversement seraient très importantes sur les sources d'eau potable, mais aussi sur l'industrie touristique.

La centaine de personnes présentes hier soir au lancement de la campagne d'André Valois étaient visiblement pour la plupart des militants de longue date. Les jeunes générations étaient très peu représentées.

Plusieurs piliers souverainistes de la région étaient par contre sur place pour appuyer le candidat dans Trois-Rivières, dont Yves Beaumier, Noëlla Champagne, Djemila Benhabib, Yves Perron, Yves Rocheleau et Louis Plamondon.

Ce dernier a d'ailleurs affirmé dans son discours que le Bloc québécois connaît un regain de vie ces derniers temps. «Je sens un mouvement de fond», a-t-il dit avant d'attaquer le Nouveau Parti démocratique.

«Voter pour le NPD, c'est se tirer dans le pied. C'est un parti anti- Québec qui est le plus centralisateur. Il fait de l'ingérence en éducation et en santé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer