Saskia Thuot a vécu une situation similaire à Marie-Claude Julien

Saskia Thuot, animatrice à Canal Vie.... (Photo: Facebook)

Agrandir

Saskia Thuot, animatrice à Canal Vie.

Photo: Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Montréal) Saskia Thuot a suivi avec beaucoup d'intérêt les reportages concernant le comportement qu'a eu l'ancien ministre Guy Julien envers une journaliste de Radio-Canada en lui disant, juste avant la tenue d'un point de presse: «T'as engraissé, toi.»

La pétillante animatrice de Canal Vie sympathise avec la journaliste puisqu'elle a elle-même été victime de propos blessants de la part d'un homme sur sa page Facebook concernant son poids, en mars 2014.

La grande dame de la décoration sera d'ailleurs porte-parole de la Semaine «Le poids? Sans commentaire!» qui se déroulera au mois de novembre.

Lorsque le commentaire est arrivé sur sa page Facebook, Saskia Thuot avait tout de suite réagi en écrivant: «Je ne peux pas croire encore qu'on fasse des commentaires sur l'apparence physique. En l'espace d'une seconde, l'histoire de quelques mots, on vient détruire, on vient faire mal à quelqu'un. Il faut qu'on cesse de faire des commentaires sur l'apparence physique», estime-t-elle.

Des commentaires sur l'apparence physique «ça blesse, ça fait de la peine et ça fait que les gens vont se refermer sur eux-mêmes», analyse-t-elle.

Mme Thuot, qui gagne sa vie devant les caméras tout comme le fait la journaliste de Radio-Canada, se félicite d'avoir une forte estime d'elle-même. «Ça ne m'a pas empêchée de fonctionner. J'ai compris que nous sommes tous faits pour être différents, qu'on a tous un corps qui est différent», dit-elle.

«Aussi fou que ça puisse paraître, ce commentaire-là a eu, en bout de ligne, un impact positif parce que tout le monde a dit: C'est vrai, arrêtons de faire ça. Mettons de l'avant les belles qualités», se souvient-elle.

Parler de l'apparence d'une personne, estime-t-elle, «c'est de la discrimination. Que ça s'adresse à un homme, une femme, un chien, un enfant, on ne fait pas ça», dit-elle. «L'apparence physique de quelqu'un n'a rien à voir avec ses qualités d'être humain.»

Saskia Thuot explique que ce genre de commentaire peut avoir des conséquences graves sur certaines personnes en fonction de l'état d'esprit dans lequel chacun se trouve. «On ne sait pas dans quel état est la personne, on ne sait pas ce qu'elle vit et on ne peut pas se permettre de juger le corps de quelqu'un», plaide-t-elle.

Souvent, constate-t-elle, l'apparence corporelle fait partie de nos conversations, «au même titre que la météo et c'est ça que moi j'essaie de changer», dit-elle.

L'animatrice raconte avoir déjà dit à une collègue: Mon Dieu! Tu as donc bien maigri» pour apprendre par la suite que la perte de poids de cette dernière venait du fait que son père était décédé. «Les gens associent le poids à la santé, mais c'est complètement faux», dit-elle.

Mme Thuot estime qu'on peut encore parler aux femmes sans problème et sans risquer de dire des choses blessantes. «Il faut juste dire des affaires intelligentes», fait-elle valoir. «Il y a tellement d'autres affaires dont on peut parler. De grâce, arrêtons de mettre de l'avant l'image corporelle. N'utilisons pas ça pour qualifier les gens et surtout pas pour leur faire du mal», plaide Saskia Thuot.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer