La Chine bien représentée à l'UQTR

Moins d'un an après avoir mis sur pied... (Photo: courtoisie)

Agrandir

Moins d'un an après avoir mis sur pied son bureau de recrutement en Chine, l'École internationale de français accueillera trente étudiants chinois qui intégreront un programme régulier de baccalauréat à l'UQTR.

Photo: courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Moins d'un an après avoir ouvert un bureau de recrutement d'étudiants dans la province de Guandong en Chine, l'École internationale de français (EIF) accueillera 30 étudiants chinois cet automne. Ceux-ci intégreront des programmes réguliers de baccalauréat de l'Université du Québec à Trois-Rivières et non des programmes temporaires d'apprentissage du français.

En tout, 180 candidats ont manifesté leur intérêt de venir étudier en sol trifluvien, une quantité de candidatures qui a surpris ceux qui ont mis sur pied ce projet de recrutement, surtout pour une première année d'activités. De ce nombre, 30 étudiants ont été sélectionnés pour venir étudier à l'UQTR.

«L'étudiant peut venir faire une session ou faire tout son cheminement, c'est libre à lui», explique Jean-François Hinse, conseiller en communication à l'UQTR. «Le mandat du bureau de recrutement, c'est de trouver des candidats de qualité. Ils doivent bien parler français et passer différents tests. Ce sont des étudiants qui ne viennent pas ici en visite. Ce sont des étudiants qui vont se joindre à un programme et qui vont être fonctionnels.»

Les étudiants sélectionnés doivent, en effet, satisfaire des exigences en langue française. Pour la plupart, le test de français international (TFI) a été réussi en Chine puisqu'ils étaient déjà dans un processus d'apprentissage du français. Ces étudiants seront donc intégrés directement dans leur programme. Ceux qui n'ont pas encore satisfait aux exigences du TFI seront intégrés à l'École internationale de français pour peaufiner leur français.

C'est en septembre 2014 que Daniel Lavoie, directeur de l'École internationale de français, a mis sur pied ce bureau de recrutement en territoire chinois grâce à des contacts dans des collèges et universités. L'UQTR accueille des étudiants chinois à l'occasion à l'EIF, mais une aussi grosse cohorte provenant directement du bureau de recrutement constitue assurément une première.

Le choix de la Chine pour installer ce bureau n'est pas anodin alors que l'intérêt pour la langue française est en constante hausse. «Quand on parle de recrutement pour une clientèle à l'université, on parle de la France, du Maroc, des Antilles parce qu'il y a des bassins de francophones, mais on ne pense jamais à la Chine. En Chine, il y a un bassin d'environ 10 millions de francophiles», signale M. Hinse.

Déjà, on pense à l'an prochain alors que la cohorte de septembre 2016 vient tout juste d'être complétée. Cette fois, ce seront 35 étudiants chinois qui mettront le pied en sol trifluvien. Ceux-ci ont d'ailleurs déjà commencé leurs cours de français.

laurie.noreau@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer