«Labeaume ne dit pas toute la vérité» - Yves Lévesque

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, est revenu... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, est revenu mardi, alors qu'il était de retour de vacances, sur les propos tenus la semaine dernière par le maire de Québec, Régis Labeaume.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, ne digère pas les propos tenus par Régis Labeaume lors de son passage la semaine dernière dans la cité de Laviolette pour promouvoir le nouveau Centre Vidéotron. Yves Lévesque va même jusqu'à prétendre que le maire de Québec «ne dit pas toute la vérité».

Le maire de Québec Régis Labeaume lors de... (Photo: Andréanne Lemire Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Québec Régis Labeaume lors de son passage à Trois-Rivières la semaine dernière.

Photo: Andréanne Lemire Le Nouvelliste

En visite vendredi dernier, le maire Labeaume a rappelé qu'Yves Lévesque - alors que le maire de Trois-Rivières était en vacances - a été le seul il y a quelques mois à claquer la porte de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), alors qu'il pensait que d'autres villes allaient le suivre dans son mouvement de contestation. Régis Labeaume a déclaré que Lévesque était le seul maire de l'UMQ avec qui il ne s'entendait pas. Pourtant, Yves Lévesque voit dans ces critiques une contradiction.

«Régis Labeaume a été le premier à quitter l'UMQ [2010]. Quand il a quitté, je n'ai pas commenté. Et quand on revient sur les fonds de pension, ce qu'il n'a pas aimé, c'est que j'ai dit la vérité», a affirmé mardi à son retour de vacances le maire Yves Lévesque. «Lui [Régis Labeaume] faisait du populisme. Il y en a qui aiment ça. Mais le populisme et la réalité, c'est deux choses.»

Yves Lévesque estime toujours que son homologue de Québec n'avait pas raison de blâmer les syndicats pour les déficits des fonds de pension. Selon le maire de Trois-Rivières, les Villes sont aussi responsables, car, dit-il, «les conventions collectives se signent à deux».

«Est-ce qu'il y avait un problème avec les régimes de retraite? Oui. Mais de dire que le problème a été causé par des voleurs que sont les syndicats, les employés, les cols blancs et les cols bleus... Ce n'était pas des voleurs, ils ont signé des conventions collectives», ajoute le maire de Trois-Rivières. «M. Labeaume n'aime pas quand on lui dit la vérité.»

Yves Lévesque a par ailleurs trouvé «très déplacés» les propos de Régis Labeaume sur André Nollet, le directeur général de Tourisme Mauricie. Rappelons que M. Nollet a déjà dénoncé la concurrence déloyale de Québec qui offre des spectacles gratuits. Le maire de Québec a répondu dans les médias qu'André Nollet était un inconnu et qu'il s'en foutait. «Il y a peut-être quelqu'un qui est complexé quelque part, mais c'est son problème. Qu'il se soigne», avait déclaré Régis Labeaume au sujet du directeur général de Tourisme Mauricie.

«Ça va loin. Il reproche aux gens certains propos, mais il en tient des pires. Ce sont des propos déplacés sur des commentaires tenus par André Nollet qui étaient pleinement justifiés au niveau des régions», rétorque le maire de Trois-Rivières en précisant que le maire de Québec n'aurait sûrement pas apprécié que de tels propos soient tenus à son endroit.

«Quand tu vas dans une ville vendre ton amphithéâtre, tu ne dois pas tenir des propos qui ne sont pas à la hauteur de ta visite. Il ne faut pas descendre à ce niveau. [...] Il me reproche d'être arrogant, mais les propos tenus à l'endroit d'André Nollet sont inacceptables. [...] Qu'il m'attaque moi, ça m'est égal, mais qu'il aille jusqu'à être arrogant en attaquant André Nollet, c'est déplorable.»

Malgré ce crêpage de chignons en règle, Yves Lévesque continue de dire qu'il aurait aimé accueillir Régis Labeaume à l'hôtel de ville. M. Lévesque ajoute d'ailleurs que si son homologue de Québec revient à Trois-Rivières, il acceptera volontiers de le rencontrer. Les questions politiques dépassent donc les différends personnels. «On peut avoir des différends sur certains dossiers, mais quand il ne t'appelle pas, il ne t'appelle pas.»

gabriel.delisle@lenouvelliste.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer