Festival de l'Assomption: le miracle à l'honneur

Fidèle à la tradition, des milliers de personnes... (PHOTO: STÉPHANE LESSARD)

Agrandir

Fidèle à la tradition, des milliers de personnes sont attendues pour le Festival de l'Assomption au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, qui connaîtra son apogée cette fin de semaine.

PHOTO: STÉPHANE LESSARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Cyrenne
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Fidèle à la tradition, des milliers de personnes sont attendues pour le Festival de l'Assomption au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, qui connaîtra son apogée cette fin de semaine. Vendredi, près d'une cinquantaine d'autocars ont conduit les croyants au Festival de l'Assomption. Dans le cadre de la fête de l'Assomption, aujourd'hui, les miracles seront à l'honneur. Cette journée permettra aux pèlerins de se souvenir du 15 août 1948, alors qu'un miracle s'est produit sur le lieu de culte le plus populaire en Mauricie.

Pour commémorer ce premier miracle, le lancement d'un livre relatant l'histoire d'Isabelle Naud s'est déroulé, vendredi, sur les terrains du havre de paix trifluvien. Cette femme, née en 1923 dans la région de Portneuf, était invalide depuis 1939. Elle a été guérie d'une blessure à la hanche et de la tuberculose osseuse, il y a 67 ans, jour pour jour, après un passage au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Cet événement unique s'est produit le jour de la fête de l'Assomption. Celle qui s'est vu accorder une faveur religieuse a attribué sa guérison à la Vierge Marie, Reine du Rosaire. 

De passage à Trois-Rivières pour l'occasion, une amie de la défunte miraculée a témoigné du chemin parcouru par la croyante.

«C'était une fille comme toutes les autres. À 20 ans, clouée à un fauteuil roulant, son souhait était de marcher. Elle a prié le Rosaire et elle a fait le chemin de croix tous les jours. C'est à ce moment qu'elle a rencontré le seigneur dans sa passion. Elle avait l'espérance d'un miracle. En mai 1948, Isabelle est venue chez moi et elle s'est mise à pleurer. Elle m'a confié à quel point elle était chagrinée de ne pas pouvoir marcher et participer à des journées mariales. Je lui ai dit de donner ses jambes à Marie, chose qu'elle a décidé de faire. Quelques semaines plus tard, elle m'a écrit qu'elle marcherait le 15 août, chose qui est arrivée. Je me souviens lorsque je suis arrivée à la maison, ma mère pleurait, elle venait de recevoir le télégraphe indiquant qu'Isabelle s'était levée et qu'elle avait marché», raconte Marie-Thérèse Chevalier.

Pour Marie-Lise Gingras, l'auteure du livre Biographie et spiritualité d'Isabelle Naud - Miraculée de Notre-Dame-du-Cap, l'écriture de ce livre a été un travail de longue haleine.

«Je n'avais aucun document et je ne connaissais pas la famille. J'ai mis la main sur des lettres qu'elle avait écrites lors de correspondances avec ses amies. C'était le bon moment pour faire ce travail puisque, dans quelques années, il n'y aura plus de témoins de la vie d'Isabelle».

Les travaux de cueillette d'information se sont amorcés en septembre 2002, alors que la cousine de la survivante de Dieu avait demandé à l'enseignante d'écrire la biographie. Il était tout naturel pour la passionnée d'histoire et de patrimoine, originaire de Saint-Apollinaire, d'accepter ce défi. 

En 2010, le livre Isabelle Naud, 1923-1993: miraculée de Notre-Dame du Cap: une âme pétrie par la présence de Dieu a été publié. Ce dernier, écrit par la même auteure, comptait 172 pages et retraçait les trente premières années de la vie d'Isabelle, de sa naissance jusqu'à son entrée au Carmel de Québec, en 1952. Le second bouquin de 408 pages dresse un portait plus complet de la miraculée, particulièrement la deuxième partie de la vie de la croyante décédée, en 1993.

Toute l'équipe du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap et l'entourage de la famille d'Isabelle Naud aimeraient que les autorités du Vatican reconnaissent la guérison miraculeuse.

«On n'avait pas été vu par un médecin peu de temps avant sa guérison, nous n'avions pas de détails sur son état de santé provenant d'un docteur», estime Mme Chevalier. C'est ce qui expliquerait pourquoi le miracle n'a pas encore été reconnu.

Cette histoire a attiré des dizaines de curieux, vendredi avant-midi, sous le chapiteau du sanctuaire. Par ailleurs, les fidèles seront nombreux à mettre les pieds sur le lieu de pèlerinage au cours des prochaines heures. Pas moins de 63 autobus remplis de touristes sont attendus aujourd'hui. Quelques-uns proviendront du Québec, mais une grande partie des fidèles arriveront, notamment, des États de la Floride, de New York, de Boston et du New Jersey.

En ce 15 août 2015, près de 15 000 personnes devraient assister aux différentes activités. Plusieurs messes seront célébrées, entre 8 h 30 et 18 h 30, et en soirée il y aura des spectacles de Sylvie Desgroseilliers, Vocalys et Éclat de Brooklyn.

Les festivités se poursuivront demain avec un pique-nique familial animé par Cap-Jeunesse. D'autres célébrations religieuses auront lieu tout au long de la journée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer