Amphithéâtre Cogeco: un système de 857 000 $ dort dans les boîtes

Malgré l'achat d'un système de son à 857... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Malgré l'achat d'un système de son à 857 000 $, la direction de l'Amphithéâtre Cogeco a dû procéder à la location d'une autre installation sonore, au coût de 96 000 $.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Cyrenne
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Malgré l'achat d'un système de son à 857 000 $, la direction de l'Amphithéâtre Cogeco a dû procéder à la location d'une autre installation sonore, au coût de 96 000 $. Un problème de concordance entre le produit livré et ce qui a été demandé sur le devis de soumission aurait occasionné cet imprévu, selon les dires des intervenants trifluviens.

Livrés au début de l'hiver 2014 et installés au début de l'été, les appareils sonores vendus par le Diplomate Audiovisuel de Laval ne répondaient pas aux attentes de l'équipe technique de l'Amphithéâtre.

«On a été dans l'obligation de se retourner rapidement. On avait un standard de qualité à rendre. On a décidé d'aller en location. Heureusement, on a eu que des commentaires positifs sur l'acoustique et la sonorisation», précise Steve Dubé, le directeur général de la Corporation des événements.

À la Ville de Trois-Rivières, on explique que les équipements initiaux ont été démontés puis entreposés, jusqu'à la fin de la saison. Par la suite, la compagnie le Diplomate Audiovisuel, la Corporation de l'Amphithéâtre et la Ville regarderont les possibilités qui s'offrent à eux.

«C'est certain que tous les scénarios sont envisagés. Ce qu'on souhaite, dans le meilleur des mondes, c'est que le système de son fonctionne. Nous ne sommes pas en conflit avec le fournisseur», mentionne la porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Cynthia Simard.

Quant à la compagnie le Diplomate Audiovisuel, elle estime que son appareillage aurait été en mesure de fonctionner pour le spectacle inaugural du Cirque du Soleil et que les exigences du devis étaient irréalistes.

«Avec de la bonne volonté, le système serait installé et il sonnerait comme une tonne de brique. Lors des premiers tests de son, la puissance sonore était au rendez-vous, même les travailleurs se plaignaient du niveau de bruit trop élevé. Jamais un spectacle n'aurait utilisé cette puissance. Selon le devis, nos installations devaient avoir 105 décibels sur 85 % de la surface d'écoute, nous étions à 102, 103 dB et devant la scène, nous étions à 121. Nous avons apporté les correctifs pour atteindre les niveaux demandés. Nous avons ajouté des boîtes pour 40 000 $. Le 30 juin, nous avons été informés que notre système ne sonnait pas bien et que le Cirque du Soleil ne voulait pas utiliser les équipements sonores. Le 2 juillet, nous sommes descendus, mon équipe et moi. Le son était pourri, je l'avoue. Mon technicien a rapidement trouvé le problème, et là, le son était parfait. Ils ne nous ont jamais donné le temps de finir l'installation et de faire les tests de son requis pour les ajustements», mentionne Pierre Jean, le président du Diplomate Audiovisuel.

À la Corporation de l'Amphithéâtre, on explique que la décision de se tourner vers la location d'un système de son n'a pas été prise à la légère.

«Parmi notre personnel, il y a des gens qui ont des compétences techniques reconnues à travers le Québec. On a même fait venir des experts indépendants et ces derniers mentionnaient que les équipements ne remplissaient pas les spectres mentionnés au devis. L'entrepreneur a eu deux mois pour installer ses appareils et s'assurer qu'ils rencontraient les demandes du devis. Il n'a pas été capable, nous avons été forcés de prendre une décision rapidement. On avait un spectacle qui commençait quelques jours plus tard, il fallait agir pour livrer la marchandise et respecter les visiteurs, pour leur offrir le meilleur spectacle possible», a précisé Steve Dubé.

En ce qui concerne le système de son de l'Amphithéâtre Cogeco, il serait un des plus puissants au Québec.

«Au Festival des montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, il y a des installations similaires à celles vendues à Trois-Rivières, mais le système est 25 % moins puissant. Il y aura 60 000 personnes et les performances sonores seront au rendez-vous. À l'Amphithéâtre de Trois-Rivières, il y aura au maximum 8500 personnes», mentionne M. Jean. Ce dernier invite d'ailleurs l'équipe de l'Amphithéâtre à aller voir le bon fonctionnement des équipements de sonorisation.

Pour ce qui est des coûts reliés à la location du système actuellement en place, les parties impliquées discuteront de la question en septembre. Pour le moment, l'entrepreneur ne compte pas assumer les frais estimant que ses produits auraient été fonctionnels et qu'il ne restait que quelques ajustements à faire.

jonathan.cyrenne@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer