Passionné du ménage, il part de Saint-Jérôme pour aider à une Trifluvienne!

Arnold Murillo est parti de Saint-Jérôme pour aider... (Photo: Krystine Buisson)

Agrandir

Arnold Murillo est parti de Saint-Jérôme pour aider une Trifluvienne à remettre son duplex en ordre.

Photo: Krystine Buisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Cyrenne
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Le cauchemar de Jeannine Du Plessis, cette propriétaire d'un logement qui a été laissé dans un état pitoyable par sa locataire, est terminé. À la suite d'un article publié le 29 juillet dernier dans Le Nouvelliste, de bons samaritains se sont proposés afin d'aider la retraitée à remettre son logement dans un état adéquat.

Un homme venu de Saint-Jérôme, dans les Laurentides, a décidé de prêter main-forte à la propriétaire, jeudi.

«Je voyais ça comme un défi. Faire nettoyer un logement, je sais que c'est parfois dispendieux. Pour ma part, ça me coûte rien aider les gens. Ce n'est pas la première fois que je viens en aide aux gens. Il y a quelque temps, j'ai donné un coup de main à un homme qui avait des problèmes de santé, il n'était pas capable de faire le ménage de son logement», mentionne Arnold Murillo, le copropriétaire de Ménager.ca.

En plus d'avoir le coeur sur la main, M. Murillo estime être un «passionné de la propreté». «Le ménage, c'est une passion que j'ai découverte au fil du temps. Je travaillais comme agent de sécurité et je voyais les planchers des centres commerciaux qui étaient très brillants et ça m'impressionnait. C'est en regardant un de mes amis qui travaillait comme homme d'entretien que j'ai eu la piqûre. Il m'a invité à travailler avec lui et j'ai tout de suite aimé le métier. Nous avons démarré une entreprise de nettoyage ensemble.»

Le Jérômien n'était pas le seul à participer au grand ménage. Un autre homme est venu aider Mme Du Plessis à réparer les trous dans les murs et les dégâts d'eau. Ce dernier a, lui aussi, accepté de mettre la main à la pâte bénévolement. Le gendre de la propriétaire ainsi qu'un ami ont également participé à la corvée de nettoyage.

Ève-Lyne, la fille de Jeannine, avait organisé cet événement en cachette. «Ma mère était tellement découragée. Je me suis dit qu'une surprise lui ferait un bien immense. Des bénévoles se sont manifestés après la publication de l'article dans le journal, je ne pouvais pas passer à côté de cette opportunité.»

La principale intéressée ne cachait pas sa joie lors de l'arrivée de son escouade nettoyage. «Ma fille m'avait informée que j'aurais peut-être de l'aide et là, de voir ces gens venus me rendre ce service, c'est une belle surprise. Je faisais des nuits blanches, ça m'angoissait. J'étais dépassée par les événements», rappelle Mme Du Plessis.

Quant au choix de sa prochaine locataire, elle affirme qu'elle prendra toutes les mesures possibles pour éviter qu'un tel incident ne se reproduise. «Il faut aller de l'avant et oublier le passé, mais je vais porter une attention bien spéciale lorsque je vais relouer. Je ne vous cacherai pas que ça va prendre de très bonnes références», confie la Trifluvienne.

Rappelons que l'ancienne locataire avait quitté, sans payer, le logement de la rue Loranger. À la suite de son départ, il y avait des trous dans les murs, des saletés sur le plancher, des bouteilles d'alcool laissées un peu partout et des excréments de chiens sur les balcons du duplex.

jonathan.cyrenne@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer