Grêle et pluie intense sur Trois-Rivières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Inondations, pannes d'électricité, refoulements d'égouts: le centre-ville de Trois-Rivières a été la principale cible de l'épisode de grêle et de pluie intense qui a frappé la région mercredi après-midi. Un véritable branle-bas de combat s'est opéré et a mobilisé autant le service incendie que les entreprises de nettoyage ainsi que de nombreux employés de la Ville.

Devant le Musée des Ursulines, la grêle s'est... (Photo: Facebook) - image 1.0

Agrandir

Devant le Musée des Ursulines, la grêle s'est accumulée comme en plein hiver.

Photo: Facebook

À Environnement Canada, on précise qu'entre 30 et 40 millimètres de pluie sont tombés en moins de 30 minutes, les intempéries se présentant par moment sous forme de grêlons. La Ville de Trois-Rivières a dû prendre des mesures exceptionnelles pour pallier aux problèmes survenus.

L'accumulation d'eau a été très rapide si bien que les tunnels de la rue Père-Daniel, La Vérendrye et Laviolette ont été fermés à la circulation en attendant que l'eau se retire, en milieu de soirée. 

On a également procédé à la fermeture d'une partie du chemin du Passage dans le secteur Cap-de-la-Madeleine entre les rues Marie-Dostaler et Normand jusqu'à 16 h 30. On a signalé certains débordements, notamment au Café Morgane de la rue des Forges. Une large portion de la rue Williams, dans le district Marie-de-l'Incarnation, a été inondée au point où les trottoirs ont disparu sous la flotte.

L'eau s'est infiltrée jusqu'au sous-sol du palais de justice de Trois-Rivières, où le plancher a été complètement inondé. Heureusement, on ne dénotait aucun dégât matériel, mais beaucoup de nettoyage. Idem pour l'édifice Capitanal de la rue Laviolette où les équipes de nettoyage après sinistre s'affairaient à retirer l'eau s'étant accumulée au sous-sol.

Au Conservatoire de musique de Trois-Rivières, le rez-de-chaussée a également été inondé. Celui-ci se trouve juste un peu plus bas que le niveau du sol, permettant à l'eau de s'écouler librement. «Le rez-de-chaussée est un peu sous terre. C'est là que ça s'est rempli et que l'eau s'est répandue sur le tapis de la salle de concert», explique Johanne Pothier, directrice du Conservatoire de musique de Trois-Rivières. Elle compte se rendre sur place jeudi pour constater les dégâts.

Au Pavillon Saint-Joseph du Centre hospitalier de Trois-Rivières, là aussi, l'eau a atteint le sous-sol et a envahi la réserve des dossiers où se trouvent les archives.

Des logements de la rue Notre-Dame Centre, au centre-ville, ont également été abîmés par les caprices de Dame Nature. Keven Brunelle était absent au plus fort de la tempête. À son retour, il a constaté que son appartement situé au deuxième étage n'avait pas été épargné par la pluie. L'eau recouvrait presque toute la surface. «Je ne veux pas imaginer de quoi ça a l'air dans l'appartement du dessus», s'est-il exclamé. Même si quelques heures de nettoyage s'imposaient, le jeune homme n'était pas trop découragé, les dégâts matériels étant limités.

Le local du dessous, par contre, a subi de lourds dommages. Occupé par le Centre d'Esthétique Nicole Légaré, il pleuvait littéralement du plafond durant l'averse, raconte une employée. Lors du passage du Nouvelliste, des tuiles du plafond avaient croulé sous le poids de l'eau et d'autres, gorgées de liquide, s'apprêtaient à faire de même. «On espère seulement qu'il n'y aura pas d'autres averses prochainement», a formulé l'employée. Le Centre venait tout juste de terminer une série de rénovations entamée l'automne dernier et les dommages laissent présager que de nouveaux travaux seront nécessaires.

À la microbrasserie Le Temps d'une pinte, aucune nourriture n'était servie mercredi soir. L'eau s'était accumulée au sous-sol, là où se situe la cuisine. Le bar a d'ailleurs fermé pendant quelques heures avant de rouvrir plus tard en ne servant que des boissons. Il était toutefois impossible de connaître l'ampleur des dommages.

En soirée, les cols bleus étaient encore au travail, mais le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant, confirme que tout était relativement rentré dans l'ordre. «Nos cols bleus sont sur le terrain à colmater ce qu'il y a à colmater. On pourra faire un bilan plus complet [jeudi]. Mais c'est pas mal revenu à la normale», indiquait-il.

Pendant quelques heures au centre-ville, la boulevard des Forges s'est vu privé d'électricité. À 15 h 50, 470 clients d'Hydro-Québec dans le secteur Saint-Louis-de-France étaient sans électricité. Idem dans le secteur Trois-Rivières-Ouest où sept clients en étaient privés, ainsi que dans le secteur Pointe-du-Lac où l'on dénombrait 11 résidences sans électricité à pareille heure. D'autres pannes ont été signalées au centre-ville de Trois-Rivières où, au plus fort des pannes, vers 16 h 30, plus de 1030 clients étaient privés d'électricité.

À 22 h mercredi soir, 6 clients étaient toujours privés d'électricité à Trois-Rivières alors qu'on en dénombrait 22 dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine.

Avec la collaboration d'Olivier Gamelin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer