Festival du Cochon: la SPCA de Montréal dénonce à son tour l'événement

Les voix se multiplient pour dénoncer le traitement... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les voix se multiplient pour dénoncer le traitement réservé aux cochons, que certains considèrent inapproprié, dans le cadre du Festival du cochon de Sainte-Perpétue.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La SPCA de Montréal vient de jeter un nouveau pavé dans la mare... de boue du Festival du cochon de Sainte-Perpétue. Après l'organisme de défense des droits des animaux PETA, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal invite la population à boycotter l'événement qui mise sur les vedettes porcines pour mousser sa popularité depuis 38 ans.

L'an dernier, l'organisation du Festival du cochon de... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

L'an dernier, l'organisation du Festival du cochon de Sainte-Perpétue avait tenu à avertir les festivaliers d'une présence policière accrue sur son territoire durant les festivités.

Stéphane Lessard

«À l'occasion de ce festival, les cochons sont pourchassés, soulevés du sol, enfourchés, jetés dans des barils, transportés de manière inadéquate, et forcés à courir au travers d'obstacles dans des contextes très peu naturels, et souvent par temps chaud et humide. Tout ceci crée un risque important de blessure et cause également un niveau élevé de stress et de peur, car les cochons sont des animaux très sensibles et intelligents», note la SPCA de Montréal par voie de communiqué.

Une opinion qui s'additionne à celle formulée par l'organisme américain People for the Ethical Treatment of Animals (PETA). Ce dernier réclamait cette semaine l'abolition pure et simple des deux activités phares du Festival du cochon, soit la course du cochon graissé et le défi extrême des sangliers. Le regroupement vancouvérois Canadiens for Ethical Traitement of Farmed Animals (CETFA) a aussitôt renchéri en mettant en ligne une pétition demandant la clôture définitive du Festival, sous prétexte que «de telles manoeuvres peuvent aussi mener à plusieurs blessures internes qui ne pourraient être remarquées que plus tard ou qu'à la mort de l'animal». Vendredi, 20 331 personnes avaient signé la pétition.

Réagissant à la première attaque de PETA, la mairesse de Sainte-Perpétue, Line Théroux, ne nourrissait pas beaucoup d'inquiétudes quant aux critiques reçues de part et d'autre de l'Amérique du Nord.

Mme Théroux invitait même les activistes, dans une visée démocratique, à venir exprimer leur opinion sans ambages. «Ils ont le droit de parole alors on les laisse aller. Mais selon moi, tout est exagéré parce qu'on ne maltraite pas les animaux», avait-elle assuré.

Pour utiliser ce «droit de parole», la SPCA de Montréal appelle à son tour les «activistes» et autres citoyens à écrire directement à Mme Théroux pour lui exiger «poliment de mettre fin à ce festival». «La SPCA de Montréal croit qu'il est temps que la Municipalité de Sainte-Perpétue mette un terme à ce festival cruel qui occasionne tant de stress et de souffrances aux cochons chaque année.»

L'an dernier, pour éviter les débordements, les organisateurs du Festival du cochon avaient installé à plusieurs endroits des pancartes où l'on pouvait lire «aucune manifestation tolérée». À l'entrée de la municipalité, sous le panneau annonçant la bienvenue aux festivaliers, on avait également accroché une enseigne indiquant que la présence policière était «accrue» durant le festival. Mardi dernier, la responsable de PETA, Gemma Vaughan, n'écartait pas l'idée de tenir des manifestions à Sainte-Perpétue dans le cadre du Festival, qui se déroulera du 5 au 9 août.

À la Société protectrice des animaux (SPA) de la Mauricie, on ne souhaite pas s'immiscer dans cette sempiternelle controverse, rappelant que la mission première de l'organisme est d'assurer le bien-être des animaux de compagnie tel chiens, chats et oiseaux.

«On souhaite qu'il y ait présence de vétérinaires pour s'assurer que tout se passe bien. Ce sont plutôt eux [les vétérinaires] qui sont les experts dans ce type d'animaux-là. Les cochons, c'est moins notre spécialité», avoue Marco Paris, directeur adjoint à la SPA Mauricie.

Bon an, mal an, le Festival du cochon de Sainte-Perpétue bénéficie d'un budget d'environ un million $ et attire plus de 35 000 visiteurs.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer