Vincent Godin: une arrivée imminente

Vincent Godin pourrait atteindre les Îles-de-la-Madeleine en fin d'avant-midi vendredi.... (Courtoisie)

Agrandir

Vincent Godin pourrait atteindre les Îles-de-la-Madeleine en fin d'avant-midi vendredi.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Vincent Godin poursuit son périple. Il a repris la mer pour une deuxième journée consécutive jeudi après une bonne nuit de sommeil. Alors qu'il ne lui restait qu'une trentaine de kilomètre à parcourir à la nage jeudi vers 18 h, Vincent Godin pourrait toucher terre en fin d'avant-midi vendredi.

Vincent Godin a pu compter sur les encouragements... (Facebook) - image 1.0

Agrandir

Vincent Godin a pu compter sur les encouragements des 600 personnes à bord du traversier CTMA qui fait le pont entre les Îles-de-la-Madeleine et l'Île-du-Prince-Édouard.

Facebook

Les sources de motivation n'ont pas manqué durant cette deuxième journée. En fin d'après-midi, le traversier CTMA faisant le pont entre les Îles-de-la-Madeleine et l'île-du-Prince-Édouard a croisé son chemin avec 600 personnes à bord. «Tout le monde était sur le pont et ils l'ont applaudi. Maintenant, il n'est plus arrêtable. C'est Obélix dans l'eau», s'est exclamé Denis Foucault, responsable des communications durant le défi.

«Depuis que le bateau est passé, c'est une belle source d'encouragement pour lui. Quand il y a des arrêts, il a un beau sourire».

Le moral se maintient donc alors que la fin de cette aventure à la nage de 86 kilomètres en 40 heures approche. Vincent Godin a quitté le port de Chéticamp en Nouvelle-Écosse mercredi matin. Jeudi soir, les Îles-de-la-Madeleine étaient déjà perceptibles au loin, une vue qui a semblé insuffler de l'énergie à l'intrépide nageur. «C'est spécial pour lui, quand il voit terre. Il voit la destination à l'horizon», relate M. Foucault.

Si la journée de mercredi a amené son lot de difficultés (peu d'heures de sommeil, des orages qui ont interrompu sa traversée), les conditions ont été plutôt favorables jeudi. La mer était moins agitée, mais les courants marins commencent à être contre lui, prévient-on. Vincent Godin doit donc atteindre sa destination le plus vite possible, car de forts courants contraires sont attendus en début d'après-midi aujourd'hui et pourraient passablement ralentir sa cadence. «On avait vraiment une fenêtre de deux jours [pour accomplir le défi]», rappelle M. Foucault.

L'articulation de l'épaule gauche lui a également causé du souci en début de matinée. «Un de ses tendons s'est inflammé alors on le massait. Même s'il avait une souffrance, il devait nager avec ses deux bras parce que sinon c'est l'hypothermie qui l'attendait. Il a aussi quelques courbatures, mais ça va bien», résume le responsable des communications.

Vincent Godin peut compter sur une alliée de taille lors de moments plus difficiles. Mylène Paquette, qui est devenu la première personne du continent américain à réaliser la traversée de l'Atlantique Nord en solitaire à la rame, s'est entretenue plusieurs fois avec le jeune homme de 19 ans. «Il est en contact régulièrement avec Mylène Paquette», confirme Denis Foucault. «Hier [mercredi], il a eu un moment de découragement en fin d'après-midi. On a pris contact avec Mylène et elle a fait une très grande différence. Après son appel, il est reparti».

«C'est la première personne qui l'a inspiré pour faire ce défi-là. Quand il parle à Mylène, c'est très fort, elle a de l'influence sur son moral», constate le responsable des communications. Avant le grand départ, ils avaient aussi eu la chance de s'échanger quelques mots. «J'ai eu la chance de m'entretenir avec un bonhomme super inspirant... Quelqu'un qui m'a donné des larmes aux yeux! [...] Bonne chance Vincent!», avait écrit la navigatrice sur sa page Facebook.

Quant à la page Facebook de Vincent Godin, elle est alimentée quotidiennement par des vidéos et des photos permettant de partager le quotidien du jeune homme depuis son départ mercredi matin.

Denis Foucault rappelle que le Défi Vincent Godin à la nage vise un objectif bien précis. «Il ne fait pas juste nager pour un exploit sportif, c'est pour la dysphasie. Le message que Vincent souhaite lancer aux gens atteints de dysphasie, c'est: ''Vous n'avez pas de limites, c'est vous qui vous en mettez, des limites''». Vincent Godin est lui-même atteint de ce trouble primaire du langage, de la compréhension et de l'apprentissage. La population est invitée à donner généreusement pour la cause sur le site web: www.vincentgodin.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer