Fin de la distribution du courrier: une situation inquiétante

Quelques jours après l'annonce de Postes Canada de cesser, dès 2016, la... (La Presse)

Agrandir

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Cyrenne
Le Nouvelliste

(Louiseville) Quelques jours après l'annonce de Postes Canada de cesser, dès 2016, la livraison du courrier à domicile à Louiseville, les réactions fusent de toutes parts. Les organismes de soutien aux personnes malades et à mobilité réduite ainsi que le milieu politique se désolent de cette disparition de service.

«La nouvelle vient tout juste de sortir, nous ne savons pas encore à quels endroits les boîtes seront situées, si elles seront accessibles pour les fauteuils roulants. C'est une situation qui n'aide pas les personnes à mobilité réduite. On trouve qu'il manque d'information. On n'a pas encore envisagé de démarche d'accompagnement pour ces personnes, mais en septembre, nous allons regarder le dossier de plus près», confirme Jean Bergeron, le directeur de l'Association des personnes handicapées du comté de Maskinongé.

Son organisme n'est pas le seul à trouver la situation préoccupante. La directrice générale de l'APPUI Mauricie, Florence Pauquay, a une pensée pour les personnes qui viennent en aide aux malades et aux aînés en perte d'autonomie. «C'est une tâche de plus pour les proches aidants. La fin du courrier à domicile signifie aussi la disparition d'un élément de protection. Il y a un lien de proximité entre le facteur et les personnes plus âgées. Le fait que ce dernier passait une fois par jour rassurait plusieurs aînés. Si, par exemple, le facteur constatait qu'une personne âgée n'avait pas pris son courrier depuis quelques jours, il cognait à la porte pour voir si rien de grave ne s'était produit. Par ailleurs, il faut savoir que l'APPUI offre un soutien financier pour les projets venant en aide aux personnes proches aidantes. S'il y a des demandes pour créer un projet unique afin de les soulager de cette tâche, on regardera alors si cela est finançable.»

Sur la scène politique, la députée fédérale Ruth Ellen Brosseau a dénoncé, une fois de plus, cette décision prise par le gouvernement du Canada d'abolir la livraison à domicile du courrier à Louiseville. «En marchant sur la rue, cette fin de semaine, j'ai parlé à plusieurs citoyens, tous sont choqués par la nouvelle. Je suis très préoccupée pour les personnes à mobilité réduite.» La politicienne croit que d'autres scénarios auraient pu être envisagés considérant la rentabilité de Postes Canada. «Il y a des choses qu'on peut faire, on peut s'inspirer de la Suisse et de la France. On ne veut pas être le seul pays du G7 incapable de livrer le courrier à domicile. Pour nous, les néodémocrates, c'est important de dénoncer la situation, on s'engage à rétablir la livraison à domicile si notre parti est porté au pouvoir en octobre prochain.» 

La représentante de Berthier-Maskinongé affirme avoir rencontré plusieurs organismes et élus municipaux, depuis deux ans, au sujet des changements chez Postes Canada. «Des assemblées de consultation à cet effet ont été organisées dans ma circonscription. La plupart des conseils municipaux dénoncent les changements. On veut aussi que les bureaux de poste en région soient préservés», ajoute Mme Brosseau.

Au total, 2843 boîtes individuelles, dont le code postal commence par J5V, seront relocalisées vers des boîtes communautaires. Les résidents concernés recevront une lettre prochainement à cet effet. Au cours des prochains mois, le tiers des adresses canadiennes qui reçoivent encore leurs lettres à la porte sera touché par ce changement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer