Le nouvel éclairage DEL permettra d'économiser 625 000 $/an

Les nouveaux lampadaires installés par la Ville de... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Les nouveaux lampadaires installés par la Ville de Trois-Rivières permettent de réaliser des économies importantes. Mais certains résidents, comme ici sur la rue des Fuchsias dans le secteur Sainte-Marthe, se disent incommodés par leur puissante luminosité.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

Une résidente de la rue des Fuchsias à Trois-Rivières a eu toute une surprise lorsque, le soir venu, elle a constaté que la Ville avait modifié l'ampoule du lampadaire planté devant chez elle. Une lumière bleue, luminescente, puissante, une ampoule DEL (pour diode électroluminescente; LED en anglais) éclaire désormais sa maison, sa cour, ses arbres... jusqu'à sa chambre à coucher.

«Mon lampadaire avec un éclairage ambiant et doux et encore très fonctionnel a été remplacé par un éclairage froid et tellement intense! Un éclairage day light qui éclaire la rue, ma maison, ma chambre, mon salon, mes plantes et même ma cour arrière toute la nuit. Qui a besoin de voir la ville de Trois-Rivières vue de la Lune? Suis-je la seule à être sensible à la lumière?», se questionne la résidente qui préfère garder l'anonymat pour des raisons professionnelles.

Rejointe au téléphone, elle avoue avoir entrepris des démarches auprès de l'administration municipale où, lui a-t-on assuré, on verrait à corriger la situation. «Je ne sais pas si j'en demande trop, mais moi, une lumière bleue et froide, ça me dérange un peu. J'imagine juste avec la neige ce que ça va faire. Ça n'a pas d'allure. Éclairer tout Trois-Rivières de cette façon-là, ça n'a aucun bon sens», estime la résidente.

À la Ville de Trois-Rivières, on confirme que tous les lampadaires seront ainsi dotée d'une ampoule DEL. Les travaux ont débuté le 5 mai dernier. Plus de 9300 luminaires recevront ainsi la visite des cols bleus. Le porte-parole municipal, Yvan Toutant, relate que depuis le début des opérations, il a reçu une douzaine de requêtes de citoyens mécontents, dont seulement une qui touchait la force de l'éclairage. 

À l'inverse, les autres avaient trait à des lampadaires qui s'allumaient en alternance, voire qui refusaient... de s'allumer. «À part une requête de lumière trop forte, on n'a rien d'autre», souligne M. Toutant.

Comme la durée de vie des ampoules DEL est d'environ 20 ans, alors que les ampoules traditionnelles doivent être remplacées tous les cinq ans, l'administration municipale estime ses économies à plus de 150 000 $ annuellement «juste au niveau de l'entretien», précise M. Toutant. 

Qui plus est, les ampoules DEL étant moins énergivore

(60 % moins), Trois-Rivières s'attend à des économies de l'ordre de 475 000 $ annuellement. Ainsi, ce sont 625 000 $ qui seront

économisés sur une base annuelle, un montant basé sur le tarif d'électricité de 2015.

Notons que le changement d'ampoule coûtera trois millions $ aux contribuables, dont 500 000 $ en subventions d'Hydro-Québec. 

«Les lumières DEL ont la particularité d'offrir une lumière blanche qui va améliorer la visibilité et la capacité à reconnaître les couleurs la nuit. Les faisceaux lumineux fourniront un éclairage plus ciblé sur les routes et les trottoirs», signale M. Toutant.

La citoyenne de la rue des Fuschias est bien consciente que les lumières DEL permettront à la ville de faire des économies en frais d'éclairage. Cela dit, dans l'échelle des priorités, elle estime du même souffle qu'une qualité de vie adéquate en milieu urbain n'est pas moins monnayable. «C'est bien pour l'énergie, mais est-ce que c'est bien pour l'ambiance générale? Je ne suis pas certaine. Au niveau du bien-être, ce n'est peut-être pas un plus», indique-t-elle, appelant de ses voeux moins de pollution lumineuse à Trois-Rivières.

«Quand une ville est trop éclairée, ça empêche de bien voir les étoiles», souligne-t-elle avec poésie. «Et puis mon arbre, lui, s'il est éclairé 24 heures sur 24, il ne sait plus si on est le jour ou la nuit. C'est bien les DEL, mais est-ce qu'on est obligé que ça soit si froid?»

«On a eu la même chose. Je déteste. Mais on s'habitue», indique une internaute en réaction au commentaire de la citoyenne de la rue des Fuschias. «Tu peux réparer le problème en deux secondes. As-tu un sling-shot?», écrit un autre non sans humour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer