Prison de Trois-Rivières: un premier émeutier écope de 3 mois

Une émeute a éclaté au centre de détention... (photo: François Gervais)

Agrandir

Une émeute a éclaté au centre de détention de Trois-Rivières en novembre 2014.

photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un premier individu a reconnu sa culpabilité d'avoir participé à une émeute qui a éclaté en novembre dernier à la prison de Trois-Rivières. Tommy Michel vient d'écoper d'une peine de trois mois de détention pour avoir pris part à cette émeute avec six autres détenus.

Citoyen de Victoriaville, cet homme de 27 ans se trouvait au centre de détention trifluvien lorsqu'un codétenu s'est vu refuser la visite de sa conjointe. Comme l'a raconté lundi au palais de justice de Trois-Rivières Me Catherine Lemay, procureure de la Couronne, cette décision a créé un mécontentement dans le pavillon. Éric Blais, coaccusé dans cette affaire, aurait pris les commandes de cette émeute en demandant à d'autres détenus d'obstruer les fenêtres du pavillon avec du papier journal. Des détenus ont utilisé des pièces de bois pour briser des fenêtres, certains ont même grimpé sur le toit de la bâtisse.

Le système vidéo électronique situé sur le toit a été vandalisé, causant des dommages d'environ 4600 $. Au total, les émeutiers ont causé du grabuge dont les dégâts sont estimés à plus de 9000 $.

Tommy Michel a aussi plaidé coupable à une accusation de méfait commis en février. Il a reconnu avoir causé des dommages de 1100 $ à un téléphone et à une toilette en compagnie de deux autres détenus.

Le juge Jacques Trudel a retenu la suggestion de sentence commune présentée par Me Lemay et par Me Jean-Philippe Anctil, l'avocat de Michel. Cette peine s'ajoute à celle de sept ans d'emprisonnement imposée à cet individu en mars 2015 au palais de justice de Victoriaville.

Tommy Michel a reçu ce verdict de la cour en raison de son implication dans un réseau de trafic de stupéfiants démantelé en mars 2014 lors de l'opération policière Macramé. Les policiers avaient alors mis la main sur des milliers de comprimés de méthamphétamine, des centaines de doses de cocaïne, des véhicules, des armes et de l'argent liquide.

Éric Blais, Samuel Bourassa, Anthony Lapierre, Alexandre Beaulieu et Pierre Jr Rhéaume Taillon seront de retour en cour mercredi. Une date pour la tenue de l'enquête préliminaire de Blais et de Bourassa devrait alors être fixée.

Kevin Gagnon-Roy est aussi accusé dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer