Terminées les boîtes aux lettres à Louiseville

Dès 2016, les citoyens de Louiseville devront se... (PHOTO: LA PRESSE)

Agrandir

Dès 2016, les citoyens de Louiseville devront se déplacer jusqu'à des boîtes communautaires qui seront installées au cours de l'année.

PHOTO: LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Louiseville) Le couperet est tombé vendredi sur les boîtes postales individuelles à Louiseville. Dès 2016, les citoyens devront se déplacer jusqu'à des boîtes communautaires qui seront installées au cours de l'année. Une situation que le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, trouve «décevante», une déception reprise en écho par le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP).

Ainsi, ce sont 2843 adresses dont le code postal commence par J5V qui seront relocalisées. Selon Postes Canada, «ce changement vise à assurer l'avenir du service postal au Canada [...] Le tiers des adresses canadiennes qui reçoivent encore leur courrier à la porte seront reconverties à la livraison aux boîtes postales communautaires». Déjà, indique-t-on par communiqué, un million d'adresses ont franchi ou franchissent actuellement ce processus de transition.

Cette transition, le maire Deshaies ne la trouve pas drôle. Même si le conseil municipal a décrété par résolution officielle son appui au STTP, il avoue avec résignation qu'il ne peut pas en faire beaucoup plus.

«C'est une situation décevante. Lorsqu'on parle de coupes, on ne peut pas aimer ça, en partant. Les gens de Postes Canada sont venus me rencontrer et, c'est bien sûr, je n'étais pas le gars le plus enthousiaste. Mais là on se bat contre une société fédérale d'État, donc c'est immense, c'est gros. Comme on dit, le train est parti bien avant Louiseville. Je ne suis pas contre les revendications que le STTP va faire, je n'ai rien contre ça, mais moi, comme maire de la ville, quel pouvoir j'ai?», laisse tomber M. Deshaies.

Le STTP, lui, entend faire entendre sa voix d'ici le 19 octobre prochain, date des prochaines élections fédérales. Par la voix de son président, David Saint-Onge, le syndicat souligne qu'il ne lâchera pas le morceau car, à son avis, la décision de Postes Canada n'est pas irréversible. Une volonté politique pourrait renverser la donne. Entre autres, le STTP convie la population à décrier cette situation auprès de leur député.

«C'est une mauvaise nouvelle parce que c'est la population qui écope directement. Ce sont les citoyens et les citoyennes qui perdront leur service de livraison à domicile. Directement, ce sont les gens qui seront pénalisés. On invite les gens à en parler à leur député, à leur maire, pour leur faire connaître leur mécontentement par le biais de carte postale qu'on va leur distribuer. Quant à nous, on prévoit faire d'autres moyens d'action, par exemple lors de la Journée de la famille à Louiseville le 1er août», note M. Saint-Onge.

D'ici là, chaque résident concerné recevra la première d'une série de lettres de Postes Canada. Cette communication contiendra une trousse d'information et un sondage à retourner à la société d'État. Cette trousse vise à expliquer aux résidents de quelle manière ils peuvent faire part de leurs priorités et de leurs préférences quant au nouveau mode de livraison. 

Dans la même veine, Postes Canada assure qu'aucun employé régulier à temps plein ou à temps partiel ne perdra son emploi à la suite de cette initiative.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer