Beau Dommage ému par le Cirque du Soleil

À la sortie du spectacle Le Monde est... (PHOTO: ANDRÉANNE LEMIRE)

Agrandir

À la sortie du spectacle Le Monde est fou, les membres du groupe Beau Dommage étaient émus.

PHOTO: ANDRÉANNE LEMIRE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les sept membres de Beau Dommage ont assisté mercredi à la première du Cirque du Soleil, Le Monde est fou, qui inaugurait l'Amphithéâtre Cogeco. À la sortie du spectacle, le groupe s'est dit très ému.

«Au Cirque du Soleil on est époustouflés, mais ce soir nous avons d'abord été émus par la dimension poétique qui a été ajoutée à nos chansons. Le traitement de certaines chansons, la musique, tout ça fait un spectacle extraordinaire. On est très heureux», a dit Michel Rivard en point de presse après la finale. Il s'est dit déstabilisé par moments, tout comme les autres membres. «On a même redécouvert des chansons», a dit Marie-Michèle Desrosiers. 

Steve Dubé, le directeur général de la Corporation des évènements de Trois-Rivières, se disait époustouflé par le spectacle et par la réponse. «C'est unanime, les gens sont impressionnés. Il y a une magie qui s'est installée dans l'amphithéâtre. C'était époustouflant.»  

Plus tôt sur le tapis rouge, les membres de Beau Dommage étaient très heureux et fébriles d'assister à l'évènement. Michel Rivard se sentait «comme un petit garçon devant un magasin de bonbons». Le groupe, qui avait donné carte blanche à l'équipe du Cirque du Soleil, se trouvait alors dans le secret absolu. Les membres ont dit ne pas avoir de projet de retour sur la table. 

Daniel Lamarre, président du Cirque du Soleil, se disait extrêmement excité d'être à Trois-Rivières, sa région. «C'est très particulier. Depuis que je suis devenu président du Cirque du Soleil, je n'ai jamais eu autant l'impression d'être chez nous que ce soir.» Dans la frénésie du tapis rouge un peu plus tôt, ce dernier a dit avoir l'impression que Trois-Rivières était devenue internationale. «Je n'aurais jamais cru qu'un jour, je puisse produire un spectacle dans ma région et que ça créerait autant d'impact, non seulement partout à travers le Québec, mais partout à travers le monde.»

En ouverture, Jean-Denis Girard, le ministre libéral délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional, a, quant à lui, tenu à rappeler que la concrétisation de ce projet résultait d'une collaboration entre les différents paliers du gouvernement. «L'amphithéâtre est muni d'un équipement à la fine pointe de la technologie. Il va servir à faire rayonner les évènements culturels.»

Le maire de Trois-Rivières s'est adressé aux citoyens de sa ville avec une immense fierté avant de laisser la place aux artistes. Il était fier que le slogan «Ville d'histoire et de culture» que sa ville s'est donné et pour lequel il met ses énergies à réaliser concrètement prenne forme ainsi. Il a fait le parallèle avec un accouchement. «C'est extrêmement douloureux, mais une fois que le bébé est là, on est tellement heureux.»

Il a rappelé que son plus bel accomplissement, au delà de l'amphithéâtre était le sentiment de fierté qu'il percevait chez ses citoyens. «On ne peut rien construire si on n'a pas la fierté. Ce soir, Trois-Rivières a prouvé qu'elle était fière.»

Roger Picard, président de la Corporation des évènements de Trois-Rivières était également très fébrile au coup d'envoi du spectacle. «En 2010 quand on a commencé la maquette on avait beaucoup de rêves. Je peux vous dire que ce soir on est très fier qu'ils se réalisent. On espère vous livrer une marchandise extraordinaire. Merci au Cirque du Soleil qui vient nous donner un spectacle réparti sur trois années.»

On déroule le tapis rouge pour la première

On attendait quelque 600 invités pour fouler le tapis rouge au soir de la première. Tout le gratin de la scène politique et artistique locale était présent, avec quelques présences de l'extérieur également. 

Un chapiteau avait été érigé pour le cocktail des dignitaires, en plus du hall d'entrée. Les personnalités ont défilé sur le tapis rouge, épiées par un public curieux de cet engouement en terre trifluvienne. 

Parmi les acteurs de la scène publique qui s'étaient déplacés on retrouve notamment la designer Marie Saint-Pierre, Clémence DesRochers, Francine Grimaldi, le Doc Mailloux, la chanteuse Marie Denise Pelletier, le comédien et auteur-compositeur-interprète Maxime Desbiens-Tremblay, Bryan Perro, l'architecte du projet Paul Laurendeau, le sportif et commentateur à RDS Marc Denis, le comédien Martin Vachon étaient du nombre. Les créateurs du Cirque du Soleil y ont également fait leur entrée, accompagnés de quelques artistes costumés, dont le personnage du géant Beaupré. Le metteur en scène, Jean-Guy Legault, avait hâte de présenter le fruit de son labeur devant le public et devant le groupe Beau Dommage. Les différents députés de la région étaient également présents pour ce soir de première. 

L'ancien directeur des arts et de la culture à la Ville de Trois-Rivières Michel Jutras était heureux d'assister à l'ouverture de ce projet dont il a été l'un des instigateurs. «C'est très conforme à l'architecture qu'on avait sur papier. C'est majestueux, j'adore.» Il découvrait le site pour la première fois. «Que le Cirque du Soleil soit ici à Trois-Rivières dans un site merveilleux, que les Québécois, les Canadiens et les touristes vont découvrir, je trouve ça extraordinaire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer