Mobilisation pour aider Mélissa Gagnon

Mélissa Gagnon et sa fille Camille reçoivent un... (photo: François Gervais)

Agrandir

Mélissa Gagnon et sa fille Camille reçoivent un appui financier provenant des internautes, touchés par leur histoire.

photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Cyrenne
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Recevoir un diagnostic de cancer, quitter son emploi et, en plus, ne pas être indemnisée par ses assurances, voici le résumé des derniers mois vécus par Mélissa Gagnon. La Trifluvienne, âgée de 33 ans, peut désormais compter sur l'appui financier de près de 200 donateurs. Jusqu'à présent, l'appel lancé aux internautes, il y a dix jours, a permis d'amasser près de 16 000 $ en dons.

Née avec une maladie au foie, la jeune femme a subi une greffe, il y a huit ans. Cela ne s'est pas fait sans conséquence puisque les médicaments antirejet peuvent favoriser le développement de cellules cancérigènes, ce qui s'est produit dans le cas de Mélissa Gagnon. En mars dernier, cette mère d'une fillette de trois ans a reçu le diagnostic que personne ne veut entendre: elle devra combattre un cancer agressif de stade 4, au niveau de l'intestin grêle. «On passe par toute une gamme d'émotions», affirme celle qui doit se rendre à Montréal pour recevoir ses traitements.

Croyant qu'elle était assurée, la jeune femme a frappé un mur. «J'avais des assurances pour mes prêts et des assurances au travail, les deux se sont retirés. Lorsqu'une compagnie a fait son enquête, elle a constaté que j'étais une greffée. L'agent d'assurances m'a dit que je n'aurais jamais dû être assurée, que je n'étais pas admissible. On m'a remboursé mes primes et c'est tout», raconte la dame. Vivant seulement avec le salaire de son conjoint, les fins de mois devenaient extrêmement difficiles.

Dernièrement, une campagne de financement a été lancée sur le site GoFoundMe, afin d'aider la petite famille. «Avec l'hypothèque, la garderie, les factures, on n'arrivait pas. On a fait le tour de tout ce que l'on pouvait avoir comme aide financière avant de demander au grand public de nous aider. C'est ma famille qui a organisé la campagne de financement», affirme la Trifluvienne. L'argent évitera au couple de vendre leur maison et leur véhicule. Un donateur a même versé 1000 $, à la famille, mardi après-midi. Il s'agit d'un geste de générosité grandement apprécié par Mélissa Gagnon qui subira un quatrième traitement de chimiothérapie lundi prochain.

Ensuite, elle devra passer d'autres tests afin de déterminer si davantage de traitements seront nécessaires. «Je souhaite pouvoir me concentrer sur ma guérison. L'épreuve du cancer est déjà très douloureuse et l'idée de peut-être en mourir et ainsi abandonner ma famille m'est odieuse. Ajoutez à cela la possibilité de perdre tout ce que mon conjoint et moi avons bâti au fil du temps, cela devient tout simplement insupportable. Nous avons grand besoin d'aide», écrit la trentenaire dans une lettre publiée sur le site de financement.

En entrevue au Nouvelliste, Mélissa Gagnon s'est dite impressionnée par la générosité des gens. «Ça me soulage énormément. Cela m'empêche de me réveiller la nuit en me demandant comment faire pour payer l'épicerie. Je peux maintenant me concentrer sur mes traitements. Je voudrais tellement dire merci à tout le monde. J'avoue toutefois que le mot merci n'est pas assez puissant. Ça vient du fond du coeur, ça fait du bien. La réponse des gens a été très rapide, on trouve ça très touchant. C'est au-delà de mes espérances», s'exclame-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer