Pas de feu de forêt en juin dans la région

Le malheur des uns fait définitivement le bonheur des autres. Aucun feu de... (Photo: La Presse)

Agrandir

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le malheur des uns fait définitivement le bonheur des autres. Aucun feu de forêt n'a été répertorié dans la région durant le mois de juin qui a été plutôt pluvieux et froid. La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) invite toutefois à la prudence pour le mois de juillet.

Il s'agit de la première fois dans les 10 dernières années, qu'aucun feu ne se soit déclaré dans la région au mois de juin, de quoi faire sourire la SOPFEU. L'an dernier, trois incendies avaient eu lieu durant la même période.

«Ce n'est pas exceptionnel, ça dépend vraiment des conditions météo. Évidemment, qu'on est très heureux, la forêt est protégée et c'est notre mission», a affirmé Josée Poitras, agente à l'information de la SOPFEU.

La situation permet également à la SOPFEU d'envoyer des effectifs en renfort au Manitoba.

«On a des effectifs qui sont partis depuis la semaine dernière. Ce sont des prêts de ressources matériels, et des prêts de pompiers forestiers», a précisé Mme Poitras.

Seulement 11 incendies ont été répertoriés sur le territoire de la région Centre en juin, principalement en forêt boréale. Le sud du territoire a été totalement épargné. Trois incendies sont attribuables à la foudre, alors que les huit autres, qui sont d'origine humaine, comptent pour un peu plus de 90 % des 24,6 hectares de superficies affectées.

Il faut dire que la météo de juin a été un peu plus froide qu'à l'habitude. Les experts d'Environnement Canada ont noté qu'il avait fait, en moyenne, un degré de moins durant le mois de juin.

«En général, la température a été un degré plus frais que la normale. Le maximum moyen qu'on a observé est de 21, alors que la moyenne normale est de 22 degrés. Un degré, ce n'est pas considérable, mais ça rejoint les chiffres qui viennent corroborer la perception que les gens ont que le mois de juin n'a pas été si chaud que ça», a précisé René Héroux, météorologue chez Environnement Canada.

La Société demande toutefois à la population de s'informer des indices de danger d'incendie avant de se rendre en forêt et de s'assurer de bien éteindre son feu avant de quitter les lieux.

«Il ne faut cependant pas baisser la garde, car juillet, qui amène beaucoup de vacanciers en milieu forestier, comporte sa part de risques. Ciblons principalement les feux de camp ou feux de cuisson laissés pour morts à la suite d'activités récréatives. Un ou deux jours de soleil et de vents suffisent pour qu'ils resurgissent de leurs cendres et détruisent ainsi une ressource inestimable», a affirmé la SOPFEU.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer