Grève chez Delastek: «trop syndicalisé et pas assez civilisé»

La grève chez Delastek entame son quatrième mois.... (PHOTO: STÉPHANE LESSARD)

Agrandir

La grève chez Delastek entame son quatrième mois.

PHOTO: STÉPHANE LESSARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dire que les négociations sont au beau fixe serait un euphémisme. À la lumière des griefs pour «négociation de mauvaise foi» déposés tour à tour par la partie patronale et les syndiqués devant la Commission des relations du travail, la grève chez Delastek, qui entame son quatrième mois, est loin de voir la lumière au bout du tunnel. Une nouvelle rencontre de conciliation est prévue le 9 juillet. Si lumière il y a alors, il se pourrait que ce soit celle d'un train.

Les négociations, donc, «ça n'avance pas pantoute», avoue d'emblée le président de Delastek, Claude Lessard, qui affirme «marcher sur des oeufs» tant le dossier est chaud. D'autant plus qu'à son avis, le syndicat Unifor est «un peu trop syndicalisé et pas assez civilisé».

«Il négocie comme dans les années 60. J'ai eu une injonction justement parce qu'il poussait les employés [non syndiqués], intimidait les employés. Il n'avait aucun respect pour personne qui travaillait en dedans. C'est une gang de sauvages. Je trouve que Shawinigan, c'est le berceau du syndicat. Je pense que ce n'est pas la meilleure place pour investir, pour développer, pour faire de la production. Ça m'a écoeuré ben raide. Honnêtement, à voir que ça n'avance pas pantoute comme ça, je ne recommande pas à grand-monde de venir s'établir ici», mentionne-t-il sans mâcher ses mots.

Actuellement, intra muros, M. Lessard considère l'ambiance de travail très positive, «numéro un». Selon lui, jamais l'entreprise n'a atteint une efficacité et une efficience aussi élevées. «Le monde sait ce qu'il fait et où il s'en va. [Les employés] n'ont pas besoin d'être guidés, tenus par la main. Les temps standards que mon personnel syndiqué ne rencontrait pas avant, les gens en dedans le rencontre. C'est complètement différent. Ils [les syndiqués] ne se rendent pas compte jusqu'à quel point ils ont tout perdu.»

Ainsi, s'il ne veut pas trop s'avancer pour le moment, M. Lessard ne cache pas qu'il commence à regarder du côté des États-Unis, voire ailleurs dans le monde, pour assurer sa production sans les complications syndicales qu'il dit subir à Shawinigan. «Ça [le déménagement de la production], je n'en parle plus, parce que quand j'en parle, je me fais dire que c'est juste des menaces que je fais. Donc je n'en parle plus et, au moment d'y arriver, je ferai ce que j'ai à faire. Mais oui, on a des rencontres aux États-Unis, et j'en ai aussi ailleurs dans le monde.»

Le point qui achoppe? Deux groupes travaillent chez Delastek, l'un syndiqué, à la production, l'autre non, à la recherche et au développement. Cette dernière équipe, composée d'une cinquantaine d'ingénieurs et de techniciens, développent les pièces en fonction des besoins du client. «Après on passe en production, et là c'est l'équipe de syndiqués [48 personnes] qui embarque», précise M. Lessard. Pour l'heure, dix-huit cadres s'occupent des différentes étapes de production. «Je serais donc surpris qu'ils rentrent 48 personnes de plus ici», lance M. Lessard.

«On veut juste que notre travail de production soit fait par nos membres. C'est exactement ce qu'on vise. Actuellement, c'est un groupe non syndiqué qui fait notre travail, donc on ne veut plus qu'il fasse notre travail», signale pour sa part Luc Deschênes, représentant national d'Unifor.

Du côté syndical, on garde espoir que la rencontre de conciliation du 9 juillet permettra, au minimum, de relancer les négociations. «Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Le conciliateur nous a convoqués, on va être là», résume M. Deschênes avant de retourner devant la Commission des relations du travail.

«Je suis un peu blasé de tout ça», conclut M. Lessard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer