Le doc Mailloux de retour à la radio

Pierre Mailloux retrouvera un micro dès le 24... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pierre Mailloux retrouvera un micro dès le 24 août prochain sur les ondes du 106,9 FM.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Après huit ans de silence radio, il sera de retour «en selle», cette fois sur les ondes du 106,9 FM. Avec la liberté d'expression comme seul cheval de bataille, le «doc Mailloux» commentera l'actualité tous les midis dès le 24 août, accompagné de la journaliste Catherine Gaudreault à l'animation.

Plus précisément, Pierre Mailloux s'intéressera aux «comportements humains» derrière la nouvelle, un vaste domaine où il se dit «expert» pour l'avoir exploré toute sa vie.

L'émission, en direct, portera le titre de 106,9: Pierre Mailloux et sera diffusée en semaine de midi à 13 h. «Je suis venu sur le bord de l'extinction au niveau de l'expression publique», avoue d'emblée le psychiatre en renaissant de ses cendres médiatiques.

Deux petites semaines de discussion. C'est le court laps de temps qui aura été nécessaire pour que le 106,9 FM et Pierre Mailloux paraphent un contrat d'un an, renouvelable, avec possibilité d'étirer davantage la plage horaire. La station de radio est venue le chercher dans ses tranchées, insiste M. Mailloux. Une autre station était en lice; le 106,9 a été la plus rapide à dégainer.

Pierre Mailloux compte bien faire feu de tout bois pour défendre le concept de liberté d'expression qui lui coule dans les veines depuis son plus jeune âge. Et cela coûte que coûte, quitte à en subir les conséquences. «Ça me tente encore de donner mon avis sur la place publique, et d'en subir les affres. J'ai toujours été prêt à ça, et je suis encore prêt. Je suis encore prêt à donner mon opinion et à subir les affres de l'adversité.»

Ainsi, la liberté d'expression sera le seul cavalier capable de dompter celui qui ne rejette pas l'étiquette de «cheval sauvage». «J'ai grandi dans une famille où mon père priorisait la liberté d'expression, au-dessus même d'un profit, de l'argent. Et c'était un commerçant qui était très proche de son argent. Mais la liberté d'expression venait avant. Priorité, ça veut dire: ce qui vient avant. J'ai grandi là-dedans. Est-ce qu'on va pouvoir me sortir ça de la peau? Non, jusqu'à ma mort», laisse tomber M. Mailloux sans ambages. «Tant que j'aurai la santé, on ne sortira pas la liberté d'expression de la peau de Mailloux.»

«Mailloux, c'est Mailloux», résume-t-il, combatif. Le 106,9 FM réussira-t-il donc à lui tenir la bride? «Beaucoup l'ont souhaité, beaucoup l'ont essayé, et peut-être aurait-on avantage à laisser Mailloux en liberté, plutôt que de vouloir le harnacher», remarque-t-il en parlant de lui-même à la troisième personne.

Du côté du 106,9 FM, on est convaincu d'avoir réalisé un bon coup en signant le psychiatre. Dans un communiqué de presse, la station signale que «le Doc Mailloux et Catherine Gaudreault traiteront d'actualités, de questions de société et débattront de sujets qui sauront faire réagir certainement.»

Le directeur général de la station régionale, Daniel Brouillette, se réjouit d'avoir mis la main sur «un communicateur hors pair», un «personnage qui a une couleur sur la société que d'autres n'ont pas.» M. Brouillette, qui croyait que le M. Mailloux avait fait une croix sur un possible retour à la radio, s'est dit agréablement surpris que ce dernier accepte l'offre déposée sur la table de négociations. «Son arrivée amène sur notre radio quelque chose qui ressemble à l'ADN de notre sauce.»

Qui plus est, le directeur général du 106,9 FM est conscient que la liberté d'expression dont se réclame celui qui, souhaite-t-il, participera à la relance de la radio trifluvienne, est une lame à double tranchant. Malgré tout, il a confiance en la «couleur», mais

surtout en la «rigueur» de son poulain.

«C'est sûr que c'est un homme de controverse, mais Pierre comprend où en est la radio aujourd'hui. Il est capable d'être rigoureux et d'être capable de respecter ça», précise M. Brouillette.

Une radio courageuse, donc? «Oui, nous sommes courageux. En même temps, nous avons eu de bonnes conversations avec lui. Moi je suis pour la liberté d'expression, lorsque la liberté d'expression respecte l'autre. Je n'ai pas de problème avec ça. Comme j'ai dit, j'ai eu de bonnes conversations avec Pierre, il me connaît très bien. Nous sommes une radio d'opinion. Maintenant, il faut avoir de la rigueur, du respect. Pour moi, la liberté d'expression dont Pierre parle, je pense qu'elle est intelligente», croit M. Brouillette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer