Trois-Rivières et Bécancour unies par le fleuve

Les maires de Bécancour et de Trois-Rivières, Jean-Guy... (Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les maires de Bécancour et de Trois-Rivières, Jean-Guy Dubois et Yves Lévesque, étaient heureux d'annoncer, mardi, le lancement d'une navette fluviale entre leurs deux municipalités.

Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Bécancour) L'union fluviale entre les villes de Trois-Rivières et Bécancour est officiellement concrétisée. Dès samedi, une navette parcourra les deux rives, permettant aux résidents de chaque ville de rendre visite à leurs plus proches voisins. Une initiative qui favorisera la découverte des attraits touristiques respectifs de chaque région, espèrent les maires des deux municipalités.

La navette fluviale... (Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La navette fluviale

Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Les deux magistrats semblaient sincèrement enchantés de procéder à cette union entre les deux rives. «Je suis heureux, je suis fier», a lancé d'entrée de jeu Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour. «Il y a une union naturelle de ces deux villes, mais du point de vue politique et administratif, on vient de la concrétiser». Son homologue trifluvien ne cachait pas non plus sa fierté de mettre en place un tel service.  «Cette navette s'inscrit dans une suite de ce qu'on a fait ensemble depuis le début. On a tissé des liens d'amitié extraordinaires entre les deux rives», a affirmé pour sa part Yves Lévesque. 

Ce lancement fait suite au dévoilement de ce projet qui avait été annoncée en grande pompe le 21 août dernier lors de la «Traversée symbolique» en lien avec le développement touristique et économique des deux municipalités. La mise en place d'une traversée régulière entre les deux rives y avait été brièvement abordée, mais c'est maintenant chose faite.

Tous les samedis et dimanches, et ce jusqu'au 23 août, une navette exploitée par le groupe AML effectuera trois allers-retours par jour. Le samedi, une traversée en soirée permettra aux visiteurs d'assister aux spectacles et de profiter du centre-ville jusqu'au retour sur le quai à 22 h 30.

Aucun des deux maires ne s'est risqué à avancer un objectif chiffré pour l'été, mais les espoirs envers cette navette sont grands pour M. Dubois. «C'est sûr que je souhaite qu'on la remplisse. Je sais que c'est impossible tous les jours, mais je souhaite un engouement, une certaine régularité». Pour l'instant, l'horaire sera fixe pour l'été et on ne compte pas s'adapter à l'achalandage. «On fait une période d'essai cet été», rappelle M. Lévesque. «Mais on est convaincu qu'on va garder [ce service]», s'est-il empressé d'ajouter.

Ce projet de navette n'est pas né d'une demande des citoyens, mais les deux maires restent convaincus que «cette navette est un atout touristique fort intéressant pour les deux régions».

À Bécancour, ce sont les pistes cyclables que l'on veut voir emprunter par les plaisanciers. On mise d'ailleurs sur les «Boucles de Bécancour», des circuits thématiques à faire en vélo, pour attirer les visiteurs. «Je m'attends à ce que les gens de l'autre côté viennent pédaler», prévient M. Dubois, le sourire en coin. À Trois-Rivières, ce sont évidemment les nombreux restaurants, bars et terrasses que l'on espère pris d'assaut par les Bécancourois de passage de même que les circuits patrimoniaux et culturels de la région.

Les Trifluviens pourront procéder à l'embarquement au parc portuaire de Trois-Rivières au kiosque des croisières AML. Le quai de Sainte-Angèle accueillera quant à lui les gens de Bécancour qui partiront à l'assaut de la rive nord. Il en coûtera 4 $ par personne pour un aller seulement et 7 $ pour un aller-retour. Les enfants de six ans et moins pourront faire la traversée gratuitement. Aucuns frais supplémentaires ne seront exigés pour les vélos.

Une stratégie maritime bien reçue

La stratégie maritime rendue publique lundi par le gouvernement de Phillippe Couillard suscite son lot d'espoirs pour des villes portuaires comme Trois-Rivières et Bécancour. Axée sur le développement du transport de marchandises et du tourisme maritime, un investissement initial de 1,5 milliard $ est prévu d'ici cinq ans. Pour l'année en cours, Yves Lévesque ne se fait pas d'illusions; il ne croit pas figurer dans la mire des investisseurs. «Dans le budget 2015, il n'y a pas des milliards, mais les intentions sont là», rappelle-t-il. D'ici 2030, date d'échéance de la stratégie, il espère bien qu'une partie de l'enveloppe de 9 milliards $ lui sera destinée. Il ne craint pas que les villes de Trois-Rivières et de Bécancour soient écartées du projet. «La stratégie maritime s'adresse aux activités portuaires et le fait qu'on ait deux ports, ça permet de nous positionner sur plusieurs projets», mentionne-t-il. «Il s'agira de voir de quelle façon, en dehors du discours, les enveloppes d'argent seront attitrées au développement». Déjà, il se réjouit des intentions du gouvernement provincial de placer le transport maritime sur sa liste de priorités. «Au moment où le gouvernement en fait une priorité, c'est un engagement. Il faut qu'il y ait des résultats».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer