C'est la fin pour les forums jeunesse

Deux mois après l'annonce de l'abolition de leur financement, les forums... (Capture d'écran)

Agrandir

Capture d'écran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Deux mois après l'annonce de l'abolition de leur financement, les forums jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec en sont à leurs derniers balbutiements. Le Forum jeunesse Mauricie cesse officiellement ses activités ce vendredi, tandis que celui du Centre-du-Québec a tenu son assemblée générale extraordinaire de dissolution le 22 juin et fermera définitivement ses portes le mardi 30 juin.

La structure des forums jeunesse émerge du Plan d'action jeunesse 1998-2001. Le premier mandat des forums fut d'organiser des consultations régionales en vue du Sommet du Québec et de la jeunesse en 2000. Prônant l'implication sociale, la participation citoyenne et la concertation entre les jeunes et les autres acteurs locaux et régionaux, les forums jeunesse ont piloté divers projets à travers les années.

Au Forum jeunesse Mauricie (FJM), depuis 2011, près de 30 000 jeunes ont été rejoints par des activités de participation citoyenne, soit sous forme d'ateliers, d'organisation d'événements, ou encore d'accompagnement de jeunes ou d'organismes souhaitant les intégrer. Aussi, le Fonds régional d'investissement jeunesse Mauricie, géré par et pour les jeunes, a soutenu plus de 250 projets portant sur des thèmes comme la persévérance scolaire, l'entrepreneuriat, le développement durable ou le raccrochage social.

De plus, le FJM a contribué à la valorisation des jeunes en organisant la soirée Éclair de jeunesse à 13 reprises, honorant ainsi 222 jeunes, signant 235 contrats avec des jeunes entrepreneurs, embauchant 195 artistes et sollicitant 390 bénévoles, toujours dans le principe de l'implication de la clientèle visée. Comme instance de conseil, le FJM s'est aussi joint à plusieurs tables de concertation et a rédigé plusieurs avis témoignant des enjeux concernant les jeunes.

La directrice générale du FJM Isabelle Bordeleau et les trois membres de son équipe de salariés se consacraient hier aux dernières tâches liées à la fermeture de l'organisme, annoncée le 22 avril.

«Ce qui va manquer, c'est l'instance de dialogue de la formule des forums jeunesse. C'était l'instance par excellence pour tâter le pouls des jeunes dans les régions, parce que les réalités des jeunes ne sont pas les mêmes partout. Pour le gouvernement, c'était un bon levier pour aller chercher de l'information diversifiée. Ça permettait une lecture fine des régions et des aspirations des jeunes», regrette Mme Bordeleau.

«C'était aussi un grand outil d'implication des jeunes, une école de formation à l'implication citoyenne», observe-t-elle également.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer