Les CALACS de la Mauricie organisent une course le 19 septembre

La deuxième édition de l'activité Courir pour agir... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La deuxième édition de l'activité Courir pour agir a été annoncée en présence de Joanie Goyette, présidente d'honneur, Luce Lebel, Marie-Ève Lajoie, Lucie-Claude Gélinas et Jessica Gauthier-Isabelle, membres du comité organisateur, Joëlle Boucher-Dandurand, coordonnatrice du CALACS de Trois-Rivières, et Maryse Tessier, du comité organisateur.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les CALACS (Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel) de la Mauricie souligneront la Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes en organisant une deuxième édition de l'événement Courir pour agir, le 19 septembre prochain à Shawinigan.

Le CALACS de Trois-Rivières et celui nommé Entraid'Action, couvrant les territoires du Centre-de-la-Mauricie, de Mékinac et de la Haute-Mauricie, invitent la population à se joindre à l'activité qui propose de parcourir un trajet de 5 ou 10 km à la course, ou de 2,5 km à la marche, au départ du parc Saint-Maurice à Shawinigan. L'accueil des participants est prévu à 9 h.

Hommes et femmes peuvent s'inscrire sur le site www.courirpouragir.ca. L'inscription coûte 15 $, et est gratuite pour les enfants de 12 ans et moins. Un chandail arborant le logo de l'événement sera remis aux participants. La présidence d'honneur de la journée a été confiée à la chanteuse Joanie Goyette.

Cet événement se tient dans le contexte de la Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes, qui vise à susciter la solidarité entre les sexes, et à encourager la dénonciation de la violence sexuelle sous toutes ses formes, du viol à l'exhibitionnisme en passant par le harcèlement sexuel, l'inceste, les appels obscènes, la cybercriminalité sexuelle, les attouchements et l'exploitation sexuelle.

Le thème de la Journée 2015, «Les agressions sexuelles brisent des vies», évoque les impacts de la violence sexuelle chez ses victimes.

«Beaucoup de femmes ont l'impression qu'elles sont en survie depuis les événements. Le stress post-traumatique, les cauchemars, la colère, la honte, l'anxiété, la peur, la faible estime de soi sont autant de conséquences dont souffrent physiquement et psychologiquement les survivantes», énumère la coordonnatrice du CALACS de Trois-Rivières Joëlle Boucher-Dandurand.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer