• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Aluminerie de Shawinigan: «la meilleure solution était de démolir», croit le maire 

Aluminerie de Shawinigan: «la meilleure solution était de démolir», croit le maire

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Au parfum des intentions de Rio Tinto Alcan depuis un bon moment, le maire de Shawinigan, Michel Angers, se dit satisfait de la décision de démolir l'ancienne aluminerie. Il se réjouit que l'entreprise prenne ses responsabilités en décontaminant le site industriel, afin de le rendre attrayant pour d'autres entreprises.

«Compte tenu de l'état des bâtiments et du coût de restauration, il aurait fallu investir beaucoup d'argent. Dans les circonstances, la meilleure solution était de démolir, de raser tout ça et de décontaminer pour qu'on soit en mesure de récupérer le terrain», a souligné le maire Michel Angers, alors qu'il est en France comme invité à l'occasion d'un sommet d'organismes voués au développement économique. 

La Ville est de plus intéressée à acquérir pour une somme symbolique le terrain, une fois décontaminé, afin de procéder à sa reconversion industrielle. «Un montant symbolique pour moi c'est entre une cent et 1 $. Ça fait partie des discussions que j'ai avec Rio Tinto Alcan. [...] L'entreprise a toujours fait bien les choses et je ne crois pas que ça sera différent à Shawinigan», a précisé M. Angers. «J'ai la garantie de la haute direction que ça va bien se passer.»

Le maire de Shawinigan soutient de plus que l'importante alimentation en électricité continuera d'être un avantage sur ce site, malgré la démolition de l'ancienne aluminerie. Des entreprises seraient d'ailleurs déjà intéressées, confie le maire.  

«L'électricité, le gaz et l'eau sont encore là. Ça fait un beau terrain industriel qui va nous permettre d'accompagner éventuellement Shawinigan Aluminium qui demeure sur place», a ajouté le maire Angers. «Le poste d'Hydro-Québec des Hêtres et les lignes de transmission demeurent tout près. Si jamais des entreprises qui ont d'importants besoins en électricité veulent s'établir sur le site, ce n'est pas un problème. Toutes les opportunités sont là et l'important, c'est que le terrain soit décontaminé. Je pense que ça va faire un très beau terrain industriel pour la petite et moyenne entreprise.»

Rappelons que Rio Tinto Alcan procédera dès la semaine prochaine à la démolition des installations de l'ancienne aluminerie. Selon l'évaluation des coûts, cette opération peut être réalisée entre 60 et 70 millions $. «Si on avait conservé les bâtiments, Rio Tinto Alcan n'aurait pas pu procéder à la décontamination des sols sous les planchers. Mais maintenant, nous sommes certains que la totalité du terrain sera décontaminée», a indiqué le maire. «Rio Tinto Alcan va respecter ses obligations.» 

Une décision d'entreprise, estime Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a déclaré à l'occasion d'un sommet économique qui avait lieu vendredi à Chicoutimi, où le gouvernement a lancé la Stratégie québécoise de développement de l'aluminium, que la démolition des installations de Shawinigan était une décision qui relevait de l'entreprise privée.

«Ce n'est pas une nouvelle heureuse, mais elle se poursuit dans la bonne direction du fait que les investissements se poursuivent. Le gouvernement a une limite et il faut garder cette limite jusqu'à s'insérer dans les décisions d'affaires des entreprises. Elles ont à prendre leurs décisions selon le marché et les coûts d'opérations. Nous sommes là pour aider, mais nous ne sommes pas là pour freiner ou modifier leurs décisions», a déclaré Philippe Couillard. 

Avenir de l'ancienne Laurentide

Fermées depuis octobre dernier, les installations de l'usine Laurentide du secteur Grand-Mère intéressent des entreprises, avoue le maire de Shawinigan. Celui-ci demeure toutefois discret quant à l'identité des entreprises qui lorgneraient les installations industrielles appartenant à Produits forestiers Résolu. 

«C'est sûr qu'on travaille sur des projets, mais il faut faire l'acquisition du terrain et les bâtiments. Nous sommes en bonne position pour les acheter à Résolu. Nous pensons que bientôt nous allons pouvoir nous positionner et annoncer de bonnes nouvelles», a précisé le maire qui ne veut pas en dire davantage sur les négociations en cours.  

Shawinigan rayonne en France

Le maire de Shawinigan se trouve présentement à l'assemblée générale de BGE France, tenue à Dunkerque, dans le département français du Nord-Pas-de-Calais. Michel Angers et le coordonnateur de la Communauté entrepreneurial de Shawinigan, Denis Morin, ont été invités à présenter la conférence «Communauté entrepreneuriale: un projet sociétal pour dynamiser votre territoire».  

«Nous avons présenté le modèle de reconversion économique de Shawinigan et la mise en place de notre communauté entrepreneuriale.»

Michel Angers a de plus participé à une table ronde avec le ministre français de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner et le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete. «Le constat qu'on peut faire au niveau de l'entrepreneuriat, c'est que le Québec a passablement d'avance sur la France. Le ministre nous a mentionné que le Québec est un modèle d'entrepreneuriat en ce moment», conclut le maire de Shawinigan.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer