Transport des élèves des écoles privées: la STTR va analyser son réseau

Le contrat signé entre la STTR et des... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le contrat signé entre la STTR et des écoles privées secondaires de Trois-Rivières amènera 400 nouveaux clients.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La signature d'un contrat de transport avec des écoles privées secondaires de Trois-Rivières amène la Société de transport de Trois-Rivières à faire une certaine analyse de son réseau.

Le transport d'élèves du secondaire par la société publique n'est pas une nouveauté. La STTR véhicule les élèves du Séminaire Saint-Joseph depuis une trentaine d'années. Elle en transporte quelque 500 cette année. Elle est aussi responsable de transporter environ 1000 élèves des écoles publiques Chavigny, l'Académie les Estacades et des Pionniers. L'arrivée de ces 400 nouveaux clients provenant de l'Institut secondaire Keranna et du Collège Marie-de-l'Incarnation implique un réexamen des plans de déplacements.

«Il faut voir où habite la clientèle, le plan origine-destination. Mais 400 personnes, c'est peu à absorber. Ça implique peu de changements», commente le directeur général de la STTR, Guy de Montigny.

Les résultats de l'analyse de réseau guideront la direction de la STTR sur certains aspects. Si la demande est trop forte sur des trajets, un bus sera ajouté. Ce bus pourrait même effectuer un parcours plus linéaire et réduit en correspondances afin de raccourcir le temps de déplacement.

Actuellement, un élève qui habite dans les secteurs plus éloignés de Trois-Rivières doit prévoir une durée de déplacement pouvant varier de 30 à 80 minutes afin de se rendre à son école privée. Il faut toutefois rappeler que certains élèves d'écoles publiques peuvent être assis durant plus d'une heure dans un bus jaune avant d'arriver à destination.

Mobilité durable

La STTR et ces écoles secondaires privées sont liées par un contrat d'un an qui est renouvelable. L'arrivée de 400 nouveaux clients réguliers est une bonne nouvelle pour la société, convient M. de Montigny.

«Dans l'approche d'une mobilité durable, c'est une bonne façon de développer l'habitude. Ça prépare les élèves à continuer lorsqu'ils seront au cégep ou à l'université. C'est une belle façon de rapprocher les jeunes du transport collectif.»

La clientèle étudiante côtoie sans problème les familles, les personnes âgées et les travailleurs qui prennent le bus régulièrement.

«Ce ne seront pas les premiers élèves qu'on va transporter et ce n'est pas une clientèle difficile à gérer. Ce contrat est une bonne affaire pour nous, car c'est un extra qui va donner de l'ouvrage à nos chauffeurs sur appel. Quand il s'ajoute des bus, on est en faveur», explique Donald Simard, président du syndicat des chauffeurs de la STTR.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer