Le projet Mobilisation Cédrika voit le jour

Président de la Fondation Cédrika Provencher, Henri Provencher... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Président de la Fondation Cédrika Provencher, Henri Provencher a lancé mercredi son protocole de recherche intitulé Mobilisation Cédrika, un outil qui, espère-t-il, permettra de localiser plus rapidement les enfants disparus ou kidnappés.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Mise en situation: vous êtes au centre commercial et, soudainement, vous vous apercevez que votre petit garçon de quatre ans n'est plus à vos côtés. Regard à gauche, regard à droite, aucune trace de lui. Que faire? C'est à cette question que la Fondation Cédrika Provencher a voulu répondre, mercredi, en mettant en ligne son nouveau projet intitulé Mobilisation Cédrika.

Lors d'une disparition d'enfant, les premières minutes sont cruciales. Selon Henri Provencher, grand-père de la petite Cédrika et président de la fondation qui porte son nom, ces premières minutes doivent être mises à profit le plus rapidement possible par le parent qui redoute le pire.

«Lorsqu'un enfant disparaît, ne serait-ce que quelques instants, notre coeur s'arrête, la panique s'empare de nous. Affolés, nous perdons tous nos moyens et risquons de perdre également un temps précieux à tourner en rond», indique Henri Provencher.

Ainsi, à l'image d'un plan d'évacuation d'immeuble en cas d'incendie, Mobilisation Cédrika se veut un guide, une marche à suivre, un protocole à respecter par le parent qui, souvent pris de panique, ne sait trop par où commencer. En somme, mentionne M. Provencher, «Mobilisation Cédrika est un protocole opérationnel, une stratégie d'intervention concertée et structurée en recherche de personnes disparues».

Retour à la mise en situation. Les minutes s'écoulent, vous avez visité les magasins à proximité, parlé à des commerçants, appelé la famille, les amis, en vain, toujours aucune trace de votre poupon de quatre ans. Avant d'informer les forces policières, souligne M. Provencher, il est temps d'enclencher l'opération Mobilisation Cédrika, c'est-à-dire structurer les recherches afin de les rendre plus efficientes, multipliant ainsi les chances de retrouver votre enfant.

Premièrement, le parent doit nommer un coordonnateur de la Mobilisation Cédrika, voire prendre à charge cette fonction. Cette personne de confiance pourra ainsi piloter les recherches et mobiliser, sur le terrain, différentes équipes qui rempliront chacune un mandat spécifique. La première équipe s'occupera des recherches sur le terrain, la seconde de la collecte des informations.

Au centre commercial, donc, le coordonnateur identifiera d'emblée un responsable des recherches sur le terrain. L'objectif: fouiller l'environnement immédiat dans ses moindres recoins, poster des vigiles aux portes de sortie, surveiller le stationnement, visiter les environs immédiats, photographier les situations jugées suspectes, repérer les caméras de sécurité, etc.

Si les recherches sont dès lors négatives, Mobilisation Cédrika recommande d'aviser immédiatement les forces policières et, parallèlement, poursuivre le protocole. Le chef d'équipe devra alors s'assurer que les autorités, les postes frontaliers, les aéroports, les gardes-côtières et les terminus d'autobus sont avertis.

La seconde équipe, chargée de la collecte des informations, remplira une fiche de description de l'enfant disparu et mettra en branle un poste de secrétariat pour traiter les données colligées par l'équipe terrain.

Subséquemment, le coordonnateur veillera à mettre sur pied trois autres groupes de bénévoles, un premier pour l'approvisionnement des troupes de recherche (denrées alimentaires et matériaux divers), un second pour les relations médiatiques (planification des entrevues), et un troisième «chef d'équipe» responsable des liaisons diverses (communication avec les policiers, communiqué de presse, etc.). Chacun de ces groupes agira dans sa sphère d'activité propre afin de maximiser les chances de localiser l'enfant.

C'est cependant au coordonnateur que revient la tâche d'assurer le bon déroulement d'une opération Mobilisation Cédrika. Sur le site Internet de la Fondation Cédrika Provencher, il est recommandé, entre autres, que ce dernier ait en poche une copie du protocole d'intervention où ses différentes fonctions sont explicitées en 31 points.

Pour l'heure, le b.a.-ba de Mobilisation Cédrika est disponible en ligne sur le site Internet de la Fondation Cédrika Provencher. Le président espère développer prochainement une application disponible sur les téléphones intelligents, mais les finances de l'organisme ne le permettent pas. «Ça presse», avoue M. Provencher lorsqu'on le questionne sur ce sujet.

Membre du conseil d'administration de la Fondation et spécialiste de l'informatique, Olivier Abécassis estime que le coût de la mise en ligne d'une application mobile de Mobilisation Cédrika coûterait «dans les cinq chiffres». Entre 10 et 15 000 $ selon M. Provencher. «C'est de l'argent!», laisse-t-il tomber.

Henri Provencher dit avoir déposé son protocole de mobilisation (un document de 39 pages) auprès de la Sûreté du Québec et de la Sécurité publique de Trois-Rivières. S'il n'a pas encore reçu d'avis du corps policier provincial, il affirme avoir été accueilli favorablement par les policiers trifluviens.

Le protocole Mobilisation Cédrika sera traduit en anglais et en espagnol et est offert à d'autres organismes du même genre un peu partout sur la planète.

À noter, Mobilisation Cédrika ne remplace ni l'action policière, ni l'alerte Amber, un système d'information rapide et international déclenché, au besoin, par les autorités policières. L'alerte Amber utilise, entre autres, les médias sociaux pour mettre à contribution la vigilance de la population. Par exemple, c'est une alerte Amber qui avait permis de retrouver saine et sauve, en moins de trois heures, une nouveau-née kidnappée à l'hôpital Sainte-Marie de Trois-Rivières en mai 2011. Trois jeunes de la région avaient identifié, sur les réseaux sociaux, la suspecte recherchée et avaient guidé les policiers jusqu'à sa demeure.

«Mobilisation Cédrika est, ni plus, ni moins, que le pendant de l'alerte Amber, mais pouvant être déclenchée par la famille ou une personne en autorité sur l'enfant, et ce, dans le secteur immédiat de l'événement», précise M. Provencher.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer