«Sans les transfusions, je ne serais plus en vie»

La présidente d'honneur de l'événement, Marie-Sol St-Onge, en... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La présidente d'honneur de l'événement, Marie-Sol St-Onge, en compagnie du conseiller municipal Guy Arsenault et du capitaine Jean-Christophe Beaudoin, responsable de la 7e collecte des pompiers de Shawinigan. Rose-Marie Naud, une donneuse, est accompagnée derrière des pompiers Jean-Claude Turcotte, Jonathan Levasseur et Luc Drolet.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) La 7e collecte de sang des pompiers de Shawinigan tenue mercredi au Centre Gervais Auto de Shawinigan a connu un vif succès. Alors que les organisateurs espéraient recueillir 300 dons, pas moins de 355 personnes se sont présentées afin de faire un petit don qui peut permettre de sauver des vies.

La présidente d'honneur de l'événement, Marie-Sol St-Onge, sait à quel point le don de sang est primordial. Celle qui a été victime de la bactérie mangeuse de chair il y a trois ans, forçant les médecins à lui amputer les quatre membres, a dû recevoir plusieurs transfusions sanguines.   

«Sans les transfusions, je ne serais plus en vie aujourd'hui», a-t-elle avoué en marge de la 7e collecte des pompiers de Shawinigan. «J'en ai eu lors de mes opérations, mais aussi par la suite, lorsque j'avais des chutes de pression. Et on le sent lorsqu'on reçoit une transfusion. Sans faire de jeu de mots, tu reçois du sang neuf. Ça vient vraiment te revivifier.»

Du groupe sanguin O-, appelé aussi donneur universel, Marie-Sol St-Onge a toujours voulu donner du sang. Elle explique toutefois qu'elle a toujours remis à plus tard ce projet, pour plusieurs raisons. Depuis ses amputations, elle ne peut toutefois plus donner de sang, à son grand désarroi. «Pour moi, c'était inévitable que j'allais donner du sang. Mais on remet souvent au lendemain, moi la première. Je démarrais mon entreprise et il y a la crainte des aiguilles. Mais je n'avais pas de défaite valable», précise-t-elle. 

«Quand je me suis retrouvée à en avoir besoin, tout ça m'a sauté au visage. Je n'en avais jamais donné. Je sentais que j'avais une dette envers la société. Et aujourd'hui, je ne peux plus en donner.»     

Lorsque Kim Kiolet, une enseignante de 6e année du Shawinigan High School impliquée avec ses élèves dans la collecte de Shawinigan, lui a proposé de devenir présidente d'honneur de la 7e collecte de sang des pompiers, Marie-Sol St-Onge ne pouvait refuser. 

Parmi les donneurs, on retrouvait Rose-Marie Naud, une jeune femme de 19 ans étudiante dans le domaine de la santé. Malgré son jeune âge, elle en était hier à son 5e don (les dons doivent être espacés de 56 jours). 

«Je donne du sang pour aider les gens», souligne-t-elle tout naturellement. «Et j'ai aussi une certaine fierté à poser ce geste.»

Par ailleurs, Marie-Sol Saint-Onge a la tête pleine de projets. Animée par une motivation sans faille, elle poursuit sa carrière d'artiste et elle prépare d'ailleurs une exposition inédite qui sera présentée au début de l'année 2016. 

Un nouveau projet de livre avec son conjoint Alin Robert est de plus en chantier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer