Cortège d'honneur en mémoire du jeune pompier Maxime Fournier

Les pompiers de Shawinigan ont terminé la «course...

Agrandir

Les pompiers de Shawinigan ont terminé la «course du bonheur» que le jeune Maxime Fournier n'aura pas eu la chance de compléter. Sur la photographie, on reconnaît dans le fauteuil roulant le jeune Miguel, ainsi que Daniel Lequin, habillé en civil, qui a couru avec Maxime Fournier les 20 premiers kilomètres du Demi-marathon des pompiers de Shawinigan, les 20 derniers kilomètres de Maxime Fournier.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Un tableau chargé d'émotion s'est dessiné, dimanche, à la caserne des pompiers du secteur Grand-Mère. Sous un soleil de plomb, les pompiers de Shawinigan, rassemblés en cortège, main droite sur le coeur, ont rendu un dernier hommage à Maxime Fournier, leur collègue, ce jeune homme de 21 ans décédé lors du Demi-marathon des pompiers le 7 juin dernier.

Ajoutant à la solennité du tableau, le directeur du Service de sécurité incendie de Shawinigan, François Lelièvre, a procédé à l'appel de la garde en nommant un à un les pompiers de l'équipe présents lors du triste événement. Puis le nom du pompier Maxime Fournier, suivi en écho de trois coups de cloche comme les derniers battements de coeur du jeune homme.

Le cortège était constitué des pompiers de la Ville de Shawinigan, de leurs confrères de la Municipalité de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, où Maxime Fournier a oeuvré avant de s'établir en Mauricie, ainsi que des membres de la famille et des amis. Silencieusement, le groupe s'est alors mis en branle et a parcouru le dernier kilomètre de la «course du bonheur» que le jeune Fournier n'a pas eu le loisir de terminer. Deux pompiers, vêtu de leur uniforme, ont  ouvert la marche en tenant une photographie et le casque que le sapeur portait lors des appels d'incendie.

La «course du bonheur», c'est une épreuve sportive, certes, mais surtout une expérience humaine où cinq personnes, cinq athlètes chevronnés et surnommés «les anges», se relaient à l'arrière d'un fauteuil roulant où prend place une personne à mobilité réduite. L'objectif: parcourir 21,1 kilomètres malgré le handicap, arroser chaque kilomètre d'une bonne dose de solidarité et d'humanisme. Avec ses collègues pompiers, Maxime Fournier courait derrière le jeune Miguel. Il courait sans se douter que, derrière lui, c'est la mort qui courait dans ses pas.

Le service religieux de Maxime Fournier sera célébré le 20 juin à 10h30 à l'église Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette, rue Racine à Québec. Les pompiers de Shawinigan, ainsi que des pompiers du Québec seront présents lors des funérailles. Une haie d'honneur accueillera les cendres de Maxime Fournier. Selon la volonté de la famille, la cérémonie se déroulera sans la présence des médias.

Les personnes intéressées à souligner leur sympathie par un don peuvent s'adresser à la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC (www.fmcoeur.qc.ca), ainsi qu'à l'Association des Grands Brûlés (www.assdesgrandsbrulesflam.ca). Les citoyens peuvent également signer, jusqu'au 18 juin, 17h, un livre de condoléances ouvert au bureau administratif du Service de sécurité incendie, sis au 785, 7e Avenue à Shawinigan (secteur Grand-Mère).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer