Rendez-vous des régions: l'occasion d'affirmer les priorités

Le préfet de la MRC de Nicolet-Yamaska, Marc... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le préfet de la MRC de Nicolet-Yamaska, Marc Descôteaux.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les maires de la Mauricie et du Centre-du-Québec se présenteront mercredi au Grand Rendez-Vous des régions avec une demande commune: que soient augmentés les revenus des municipalités locales et des MRC par le transfert des crédits correspondant à l'exercice de leurs responsabilités et de leurs nouvelles compétences.

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Gérard Bruneau... (François Gervais) - image 1.1

Agrandir

Gérard Bruneau

François Gervais

«Il faut qu'on ait les ressources nécessaires à cette décentralisation», clame le préfet de la MRC de Nicolet-Yamaska, Marc Descôteaux. «On reproche aux villes de trop dépenser, mais c'est Québec qui nous donne des responsabilités», renchérit le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, qui aimerait bien recevoir des redevances pour les ressources naturelles.

Du côté de la MRC des Chenaux, on souhaite vivement que tout délestage de nouvelles compétences soit accompagné des moyens financiers pour les réaliser.

«On demande aussi que les sommes versées aux municipalités pour leur performance en matière de recyclage soient haussées jusqu'à concurrence des montants qui sont versés par celles-ci pour les matières non valorisables enfouies», a fait savoir le préfet Gérard Bruneau

La recommandation d'abandonner le contrôle des zones réservées à l'intérieur des périmètres urbains s'applique, entre autres, à sa municipalité de Saint-Maurice. «Et on veut le rétablissement du budget destiné aux victimes de la pyrrhotite le plus tôt possible», a-t-il ajouté.

Une autre revendication qui fait consensus chez les élus de la région, c'est l'allègement des contrôles sur les municipalités locales et les MRC en matière d'aménagement du territoire, notamment par l'assouplissement des orientations gouvernementales. Et les maires partagent la même priorité, soit des leviers de développement qui respecteront l'autonomie des MRC et des municipalités locales par des critères d'application permettant de tenir compte des particularités locales et régionales (lire fin du mur à mur).

Le vice-président du CLD de la MRC de... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Le vice-président du CLD de la MRC de Bécancour, Guy St-Pierre.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Yves Tousignant,  maire de Saint-Pierre-les-Becquets.... - image 2.1

Agrandir

Yves Tousignant,  maire de Saint-Pierre-les-Becquets.

«On veut l'allègement des redditions de compte exigées par le gouvernement aux instances municipales car on ne nous fait pas confiance», souligne le vice-président du CLD de la MRC de Bécancour, Guy St-Pierre, qui siège aussi au sein du conseil d'administration de la Fédération québécoise des municipalités (FQM).

Sous le chantier Autonomie et Gouvernance, un item apparaît dans le cahier de consultations de la MRC de Bécancour: que la FQM analyse la pertinence de préfet élu au suffrage universel. Une idée qui provient du maire de Saint-Pierre-les-Becquets, Yves Tousignant.

«Avec les MRC qui prennent plus de responsabilités, il y a des comptes à rendre directement à la population. Et l'élection du préfet au suffrage universel lui permettrait d'avoir un mandat plus fort. Mais il faut se positionner avant le 1er mai 2016», explique-t-il.

Fort de plusieurs dizaines d'années d'expérience dans le monde municipal, M. Tousignant caresse un autre rêve, soit celui d'une ville, une MRC, tel qu'il l'a déjà vécu à La Tuque. «On se dirige vers une gestion plus régionale que locale avec toutes les ententes intermunicipales», fait remarquer celui qui évoque le partage croissant de services communs sur le territoire de la MRC de Bécancour «qui compte 12 maires et 72 conseillers».

Par ailleurs, si ce dernier est d'avis que le gouvernement aurait dû «prendre un an avant de couper», histoire de permettre une meilleure transition, le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, croit «qu'il ne faut jamais que ça se reproduise». «L'État a droit de vie ou de mort sur des programmes ou des structures nécessaires au milieu régional», dénonce-t-il.

Mais il est d'accord avec le maire de Saint-Pierre-les-Becquets sur la nécessité d'un plus grand partenariat entre les municipalités rurales pour mettre, dit-il, des outils en commun. «Chacune ne peut avoir son parc industriel. Des municipalités contiguës devraient identifier entre elles l'endroit pour attirer des entreprises et se diviser les recettes fiscales», suggère en conclusion cet ancien directeur général de la MRC et du CLD de Nicolet-Yamaska pour qui l'emploi demeure le grand défi des communautés rurales.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer