Des voix s'élèvent pour garder la circonscription de Saint-Maurice

L'ex-mairesse de Shawinigan, Lise Landry, a remis jeudi... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'ex-mairesse de Shawinigan, Lise Landry, a remis jeudi une pétition de 165 noms de résidents des Jardins du Campanile qui veulent garder le comté de Saint-Maurice. Elle en a discuté avec l'ex-député Luc Trudel et son successeur, Pierre Giguère.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La proposition de la Commission de la représentation électorale du Québec d'éliminer la circonscription de Saint-Maurice pour la prochaine élection provinciale ne passe tout simplement pas dans le milieu. Jeudi, l'organisme concluait sa tournée d'auditions à Shawinigan et ses représentants ont entendu un message unanime: au moment où la région se débat pour relancer son économie, l'élimination d'une circonscription à l'Assemblée nationale serait accueillie comme un coup de poignard dans le dos.

«Donnez-nous notre chance!», supplie l'actuel député de Saint-Maurice, Pierre Giguère. «Nous, on y croit. Nous avons besoin d'une tape dans le dos, pas d'un coup de batte de baseball en plein front!»

Rappelons que lors du dépôt de son rapport préliminaire en mars, la Commission de la représentation électorale du Québec avait notamment proposé de retirer une circonscription en Mauricie pour mieux illustrer le poids de ses électeurs au Québec.

Selon la proposition déposée en mars, la circonscription de Saint-Maurice serait ainsi sacrifiée, avec comme conséquences que les secteurs Shawinigan, Saint-Gérard-des-Laurentides et Lac-à-la-Tortue basculeraient dans Laviolette. Le secteur Shawinigan-Sud, de même que Saint-Mathieu-du-Parc et Saint-Boniface se retrouveraient dans la circonscription de Maskinongé. De son côté, Notre-Dame-du-Mont-Carmel passerait dans la circonscription de Champlain.

Outre le témoignage émotif du député de Saint-Maurice, celui de son collègue de Maskinongé, Marc H. Plante, n'est également pas passé inaperçu.

Me Lucie Fiset, présidente de la Commission de la représentation électorale, a demandé à plusieurs intervenants quelle contre-proposition pouvaient-ils mettre sur la table pour garder cinq circonscriptions en Mauricie. M. Plante a repris une suggestion avancée plus tôt par la directrice générale du Parti libéral du Québec, Marie-Ève Ringuette, soit de déplacer Saint-Étienne-des-Grès de la circonscription de Maskinongé à celle de Saint-Maurice.

«C'est une banlieue qui s'affilieraient plus facilement, surtout que son député serait plus près», admet M. Plante. «À Maskinongé, on est des gens généreux. Je suis prêt à défendre cette proposition pour garder nos cinq voix en Mauricie.»

Pour Laviolette, M. Plante réclamerait un statut particulier, notamment en raison de l'étendue de son territoire. La CRÉ en reconnaît déjà six dans sa proposition initiale, mais Me Fiset ne semble pas très enthousiaste à l'idée d'ajouter Laviolette à cette liste.

Par contre, dans son mémoire, Mme Ringuette suggère d'ajouter Saint-Narcisse, Saint-Stanislas et Saint-Prosper à la circonscription représentée par Julie Boulet.

Denis Bouvette et Guy Lemieux, respectivement président et vice-président de l'Association libérale de Saint-Maurice, ont aussi clairement laissé savoir que la proposition soumise ne tenait pas debout. Chiffres à l'appui venant de la Bibliothèque du Parlement, M. Bouvette a fait remarquer que les 36 712 électeurs recensés en 2014 dans Saint-Maurice ne constituaient pas une invraisemblance historique. En fait, le comté n'a jamais franchi la barre des 40 000 électeurs depuis 1944.

«Je crois que nous pouvons atteindre 38 000 ou 39 000», prédit M. Bouvette. «Vous avez les moyens de nous aider... si vous le voulez.»

Unanimité

Fait exceptionnel, les représentants du Parti québécois ont indiqué qu'ils partageaient les recommandations et les observations du PLQ sur ce sujet. Ils étaient représentés par le président régional, Martin Beaudry et l'ex-député de Saint-Maurice, Luc Trudel.

Le conseiller du district Val-Mauricie, Guy Arseneault, est venu présenter la position de la Ville de Shawinigan dans ce débat. Là aussi, le maintien des cinq circonscriptions en Mauricie est souhaité.

Par contre, si le statu quo ne pouvait être réalisé, la Ville suggère un nouveau comté regroupant ses sept secteurs, en y ajoutant, au besoin, un ou des villages limitrophes. Elle propose le même exercice pour Trois-Rivières, afin que les deux principales municipalités de la Mauricie soient représentées par un seul député chacune.

Mario Lachance, président de la société d'histoire Appartenance Mauricie, est venu rappeler l'importance du comté de Saint-Maurice, qui a «participé à la naissance de la démocratie au Québec», puisque son nom apparaît après l'Acte constitutionnel de 1791 parmi les comtés du Bas-Canada.

Directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan, Martin St-Pierre a réitéré l'importance du poids politique au moment où la région se prend en main. «Le député fait partie de l'équation pour le développement économique», rappelle-t-il.

Enfin, Éric Trottier, représentant de Mouvement démocratie nouvelle (section Mauricie), est venu plaider en faveur d'un mode de scrutin proportionnel mixte. Me Fiset lui a cependant mentionné qu'il s'était trompé de tribune, puisqu'il ne s'agissait pas de son mandat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer