Le litige entre ADF et Trois-Rivières s'envenime

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Tout porte à croire que le litige entre le Groupe ADF et la Ville de Trois-Rivières au sujet de contrats réalisés à l'Amphithéâtre Cogeco devra se régler devant les tribunaux. La Ville a rejeté mardi les nouvelles réclamations de l'entreprise et maintient fermement sa position, alors que le Groupe ADF entend entreprendre vraisemblablement des recours légaux.

Le Groupe ADF, l'entreprise qui a réalisé notamment la structure d'acier et le toit monumental de l'amphithéâtre, a diminué le montant des réclamations. Si elles se chiffraient auparavant à près de 4 millions $, les nouvelles réclamations s'élèvent maintenant à près de 2,4 millions $.

Rappelons qu'ADF soutient avoir dû réaliser des travaux supplémentaires qui n'étaient pas prévus par les plans originaux pour renforcer la structure de la toiture monumentale du bâtiment, après une demande du maître d'oeuvre. Ces travaux supplémentaires n'ont pas été payés et doivent l'être, affirme ADF.

«Les responsables du chantier ont toujours affirmé que ces surplus n'ont pas lieu d'être. Même si le prix de la réclamation a été baissé, nous avons eu comme recommandation de ne pas payer ces surplus», affirme Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

«Les nouvelles résolutions au conseil municipal signifient officiellement qu'on rejette ces nouvelles demandes, même si l'entreprise a baissé le prix.»

Le maire Yves Levesque affirmait hier soir en marge de l'assemblée publique du conseil municipal que la position de la Ville demeure ferme et qu'elle rejette la possibilité de recourir à un processus d'arbitrage.

«Ça pourrait se retrouver devant les tribunaux s'il n'y a aucune entente possible et que chacun reste sur ses positions», avoue M. Toutant. «Mais nous n'en sommes pas là, nous avons eu une nouvelle demande et nous refusons toujours de payer ces sommes que l'on juge indues.»

Le Groupe ADF s'attendait à ce que la Ville de Trois-Rivières rejette les nouvelles réclamations. C'est du moins ce que souligne Georges Korkidakis, directeur à la gestion des contrats, de l'entreprise.

«Je ne veux pas me prononcer sur la suite des choses, mais oui, il y aura une suite. Il va falloir qu'on procède à la prochaine étape», affirme d'emblée M. Korkidakis.

«La Ville a déjà fait savoir qu'elle rejetait l'arbitrage, si jamais elle change d'idée, nous sommes ouverts, mais pour le moment ce n'est pas une option pour elle. Alors nous prendrons les autres mesures pour nous faire payer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer