Fondation Cédrika Provencher: une chaîne humaine pour contrer les enlèvements

Henri Provencher espère que sa chaîne humaine fera... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Henri Provencher espère que sa chaîne humaine fera le tour de la planète.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si tout le monde se tenait la main, les enfants seraient davantage à l'abri du danger, et les kidnappeurs qui souhaitent faire main basse sur eux y penseraient à deux fois. C'est du moins l'avis d'Henri Provencher, grand-père de la petite Cédrika disparue en juillet 2007, et coordonnateur de la Fondation Cédrika Provencher.

Ainsi, la Fondation vient tout juste de lancer son concours Chaîne humaine 2015, où les citoyens, enfants, parents et voisins, sont invités à former la plus grande chaîne humaine jamais réalisée. L'activité consiste à organiser une chaîne humaine dans son milieu, à l'école, au travail, dans son quartier, à filmer le tout et à faire parvenir cette courte capsule vidéo à la Fondation.

«Je trouvais que c'était la meilleure façon de représenter la solidarité entre parent et enfant et de montrer qu'il faut travailler ensemble pour enrayer tout ça», signale M. Provencher, dont la Fondation souhaite, entre autres, contrer les prédateurs d'enfants avant qu'ils ne passent à l'acte.

Le 31 juillet prochain, dans le cadre de la Journée mondiale de prévention des enlèvements d'enfants, la Fondation Cédrika Provencher tirera au sort un gagnant dans chacune des quatre catégories présentées, soit petite enfance, primaire, secondaire et général. Pour connaître les règlements du concours, on visitera le site Internet www.fondationcedrika.org.

Les informations continuent d'affluer

Par ailleurs, malgré les années qui passent, M. Provencher ne perd pas espoir de retrouver sa petite-fille. Chaque semaine, il reçoit des appels de citoyens qui croient avoir aperçu Cédrika, voire qui ont rêvé à des informations qui ne s'avèrent pas toujours pertinentes. Autant d'indices transmis à la Sûreté du Québec, autant de détails qui nourrissent l'espérance du grand-père.

«Chaque semaine il y a des gens qui nous contactent pour toutes sortes de raisons, ça peut être des gens qui croient l'avoir vue, des photos qui ressemblent à Cédrika, d'autres ont fait des rêves, ont des prémonitions, y'en a de toutes les sortes. Je fais avec depuis bientôt huit ans», avoue M. Provencher.

«C'est comme ça qu'on procède depuis le début, et c'est comme ça qu'on va procéder, en espérant qu'un jour quelqu'un va nous donner une information qui vaille vraiment la peine. C'est ça qu'on attend. On va finir par y arriver, car on finit toujours par arriver là où on veut aller.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer