Des compressions qui font mal au Collège Shawinigan

«Ça fait mal, ça fait très mal». C'est de cette façon que le directeur général... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Sophie St-Gelais-Nash
Le Nouvelliste

(SHAWINIGAN) «Ça fait mal, ça fait très mal». C'est de cette façon que le directeur général du Collège Shawinigan, Guy Dumais, qualifie les compressions imposées par le gouvernement alors que le conseil d'administration de l'établissement tente de faire annuler, ou du moins de réduire, la somme de plus de 466 000 $ à couper.

«Nous n'avions pas anticipé l'ampleur de cette compression. Elle est de trop, elle est déplorable», exprime M. Dumais, En plus de deux soustractions récurrentes d'environ 208 000 $ chaque imposées en août et en novembre, le gouvernement demande maintenant de couper un surplus de 466 100 $. Le montant total pour l'année 2015-2016 s'élèvera donc à près de 800 000 $, soit le double de l'année précédente.

Le conseil d'administration fera parvenir une résolution au ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, François Blais, pour tenter de faire annuler la dernière compression annoncée. «L'éducation est la mission du gouvernement pour permettre de créer notre richesse. Il doit être proactif, mais en ce moment, il nous enlève des moyens», dénonce le directeur général.

«En août dernier, on est allé puiser dans notre solde de fond puisque l'exercice financier était déjà en cours, sachant que nous aurions à identifier des resserrements. Pour le moment, nous n'avons pas encore de plan de match», mentionne Guy Dumais, expliquant que 85 % des dépense du Collège sont incompressibles.

La publicité, les frais de déplacement et les dépenses qui visent à enrichir les projets sont les principaux secteurs touchés jusqu'à maintenant. M. Dumais envisage la possibilité de couper dans le surnuméraire et le remplacement.

Le nouveau président du conseil d'administration, Jocelyn Millette, élu cette semaine à la suite du départ de Denis Bourque, estime que les étudiants seront les prochains a en payer le prix. «Si le Collège a réussi à composer avec les compressions des dernières années sans trop diminuer l'offre de services et l'efficacité des opérations administratives, il risque d'en être autrement pour l'an prochain», indique M. Millette par voie de communiqué.

Un plan de réduction des dépenses figurera parmi le budget de l'année prochaine qui sera déposé à la fin du mois de mai, Depuis l'année scolaire 2011-2012, sept compressions totalisant 1 650 000 $ ont été effectuées au Collège Shawinigan.

astgelais@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer