Les Franciscains Récollets se souviennent

Les frères Guylain Prince (debout) et Michel Boyer,... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Les frères Guylain Prince (debout) et Michel Boyer, respectivement responsables des communications et de la communauté des Franciscains à Trois-Rivières, sont accompagnés de l'évêque de Trois-Rivières, monseigneur Luc Bouchard et du conseiller municipal René Goyette.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dix-neuf ans avant la fondation officielle de Trois-Rivières en 1634, les Franciscains Récollets célébraient une messe sur l'île Saint-Quentin. Le 400e anniversaire de l'arrivée de cet ordre religieux en Amérique est souligné cette année par une série de rendez-vous commémoratifs, particulièrement à Trois- Rivières, «l'endroit le plus marqué par la présence des Franciscains» selon le frère Guylain Prince, responsable des communications pour la communauté trifluvienne.

Au printemps 1615, des frères Récollets accompagnaient Samuel de Champlain dans un de ses voyages en Nouvelle-France. Le 24 juin de cette année-là, une première messe historiquement documentée était dite à Montréal et le 26 juillet suivant, une autre célébration eucharistique, la première historiquement documentée à Trois-Rivières, prenait place à l'île Saint-Quentin.

«Les Récollets, ce sont des Franciscains », précise le frère Prince. En fait, les Récollets étaient une ancienne branche de l'Ordre des frères mineurs, mieux connu comme l'Ordre des Franciscains, fondé en 1209 par saint François d'Assise. C'est à la fin du XIXe siècle que les branches de Franciscains se sont regroupées.

«Trois-Rivières tout particulièrement est le lieu où il reste le plus de traces des Récollets, où leur présence a été la plus constante. Ils ont été les curés de Trois-Rivières pendant plus de 100 ans», note Guylain Prince.

En 1692, monseigneur de Saint-Vallier remettait aux Récollets la paroisse de l'Immaculée- Conception de Trois-Rivières. Dix autres paroisses de la Mauricie ont été desservies par des Franciscains Récollets aux XVIIe et XVIIIe siècles, dont Batiscan, Sainte-Anne-de-la-Pérade, Louiseville et Maskinongé. Sept paroisses de la rive sud ont aussi eu comme curés des Franciscains, dont Baie-du-Febvre, Sainte- Pierre-les-Becquets et Gentilly.

À Trois-Rivières, le boulevard des Récollets témoigne de la présence de cette communauté dans la ville, tout comme la porte Pacifique- Duplessis, près du parc de l'Exposition, nommée en l'honneur du premier maître d'école qui enseigna aux Amérindiens sur le Platon.

L'ancien presbytère des Récollets, côtoyant l'église Saint-James dans l'arrondissement historique, est maintenant appelé Centre d'art des Récollets-St-James.

Le père Frédéric Janssoone, arrivé dans la ville en 1888, a aussi laissé sa marque dans la communauté autant religieuse que sociale. Reconnu bienheureux en 1988, le franciscain est le sujet d'un dossier de canonisation présentement en évolution. Un musée lui est dédié sur le boulevard du Saint-Maurice à Trois-Rivières.

LES ACTIVITÉS

Le 7 mai à 14 h à la chapelle Saint-Antoine (adjacente au musée), René Bacon, franciscain et coauteur du Dictionnaire des Récollets missionnaires en Nouvelle- France, prononcera sa conférence «Les Récollets à Trois-Rivières et en Nouvelle-France». Le 21 mai à 19h30 au même endroit, Sylvain- Alexandre Lacas présentera des extraits de carnets de voyages des Récollets.

Enfin, le 26 juillet à 10h30 à la cathédrale, l'évêque du diocèse, monseigneur Luc Bouchard, présidera une célébration de commémoration de la première messe célébrée à Trois-Rivières.

Après la messe, à 11h30, la population pourra se joindre à une visite guidée sur les traces des Récollets à Trois-Rivières. Le départ de cette activité est prévu au parc Champlain, et des visites pourront être offertes aux groupes sur réservation.

D'autres activités sont aussi au programme à Québec et à Montréal. Un colloque scientifique organisé par l'Institut du patrimoine culturel et la Faculté des lettres et des sciences humaines de l'Université Laval se tiendra à Québec du 11 au 13 juin, et une célébration solennelle est prévue à Montréal le 24 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer