Alexandre Cloutier blâme les coupes en éducation

Le candidat à la direction du PQ, Alexandre... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Le candidat à la direction du PQ, Alexandre Cloutier, était de passage en Mauricie lundi. En soirée, il a participé à un rassemblement de militants à Trois-Rivières.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) De passage en Mauricie à l'occasion d'une tournée régionale du Québec, Alexandre Cloutier se dit «choqué» des coupes en éducation qui ont entraîné la fermeture de l'observatoire du Cégep de Trois-Rivières. Le candidat à la chefferie du Parti québécois (PQ) rappelle du même souffle qu'il promet d'investir 500 millions $ en éducation.

«On coupe en éducation et on fait exactement l'inverse de ce qu'on devrait faire dans une société. On doit non seulement maintenir les budgets, mais on doit investir dans notre système d'éducation. On doit se donner comme défi d'avoir le meilleur système d'éducation au monde», martèle-t-il.

«C'est fondamental pour l'avenir du Québec. Je promets de réintroduire 500 millions $ en éducation en prenant l'argent dans les institutions financières et en rétablissant la taxe sur les banques. [...] Les libéraux n'ont jamais dit en campagne qu'ils allaient couper dans les cégeps et les universités. Ils placent les administrateurs dans des situations qui sont insoutenables. Et comme ils se retrouvent dans des situations où ils doivent faire des économies à gauche et à droite, on se retrouve dans des scénarios où on doit prendre des décisions extrêmement difficiles. La faute appartient à un gouvernement qui coupe dans notre jeunesse. C'est ce qui est scandaleux», ajoute-t-il en commentant la fermeture de l'observatoire du Cégep de Trois-Rivières.

Afin d'attirer davantage d'étudiants dans les institutions d'enseignement supérieur des régions, le député de Lac-Saint-Jean propose la création de bourses à la mobilité des étudiants. «Le Cégep de Trois-Rivières perd des étudiants chaque année. [...] Si on veut que nos jeunes choisissent les régions, encore faut-il qu'ils aient le goût d'étudier dans nos régions.»

Alexandre Cloutier a notamment rencontré hier les maires de Trois-Rivières et de Shawinigan, Yves Lévesque et Michel Angers, ainsi que le directeur du Collège Shawinigan. Le candidat à la chefferie du PQ a également visité la station du numérique Digihub de Shawinigan, un centre de formation en nouvelles technologies et un incubateur d'entreprises.

«Je trouve ça très prometteur. J'ai déposé une politique nationale du numérique dans le cadre de la course. Quand je vois une région qui se prend en main et qui mise sur des créneaux d'avenir comme le développement du numérique, je suis convaincu qu'elle est dans la bonne direction. Il faut encourager l'entrepreneuriat local», affirme M. Cloutier qui rappelle avoir proposé la création, comme en France, d'un ministère du numérique au Québec.

«C'est incroyable, entre le lac Saint-Jean et la Mauricie, il y a plein de villages qui n'ont même pas accès à Internet haute vitesse ou à la téléphonie cellulaire.»

Le député de Lac-Saint-Jean qualifie «d'archaïques» les décideurs politiques qui ne croient pas en l'avenir de l'industrie du numérique.

«Ne pas saisir que le numérique est autant important que la révolution industrielle, c'est être complètement déconnecté. Le numérique s'inscrit dans chaque entreprise en 2015 et ça prend de plus en plus d'importance», ajoute celui qui n'hésite pas à qualifier de «scandaleux» l'abolition des centres locaux de développement (CLD).

gabriel.delisle@lenouvelliste.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer