L'Observatoire astronomique du Cégep fermé pour l'été

L'Observatoire astronomique du Cégep de Trois-Rivières à Champlain... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Observatoire astronomique du Cégep de Trois-Rivières à Champlain n'ouvrira pas ses portes à la population cet été en raison de compressions budgétaires sans précédant.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'Observatoire astronomique du Cégep de Trois-Rivières à Champlain n'ouvrira pas ses portes à la population comme à l'habitude, cet été. Obligé de faire face à des compressions budgétaires sans précédant imposées par Québec, le Collège a décidé de suspendre les activités de l'Observatoire «pour une durée indéterminée.»

«Cette fermeture est attribuable au contexte budgétaire actuel puisque le financement de l'Observatoire est lié au financement global du Collège», a indiqué le Cégep par voie de communiqué, lundi.

«Nous devons trouver 1,7 million $ dans nos budgets de fonctionnement pour l'année 2015-2016», plaide le Cégep pour justifier sa décision.

Le député de Champlain, Pierre-Michel Auger, a appris la nouvelle hier matin en même temps que les médias. «Comme député de Champlain, j'ai toujours misé sur le développement touristique du comté et de la MRC donc ça m'interpelle énormément», dit-il.

Entre 700 et 1200 personnes visitaient cette installation scientifique chaque année. «C'est un attrait touristique d'importance pour Champlain. C'est reconnu internationalement», fait valoir le député Auger. «Ce n'est pas une bonne nouvelle», dit-il, tout en précisant que l'Observatoire ne reçoit pas son financement directement du gouvernement. «Le Cégep reçoit son enveloppe et après ça, prend ses décisions», dit-il.

«C'est certain que je vais prendre contact avec mon gouvernement pour voir le futur par rapport à ça et avec le Cégep», indique M. Auger. «Je vais voir si je peux aider à l'intérieur de ça.»

Il en coûte 20 000 $ pour ouvrir l'Observatoire durant la saison estivale. Il n'a pas été possible de savoir combien il en coûtait par année.

Du côté du cabinet du ministre Jean-Denis Girard, on fait valoir qu'il «s'agit d'une décision qui relève du Cégep de Trois-Rivières. L'Observatoire est un attrait important pour la région, tant sur le plan récréotouristique que sur le plan éducatif. Les Québécois vont investir près de 17 G $ en éducation cette année. Notre gouvernement est convaincu qu'il est possible de maintenir la qualité de l'éducation au Québec avec le budget actuel.»

«Concernant l'utilisation future de l'Observatoire, différents scénarios sont envisageables pour la direction du Cégep et aucune décision ne sera prise à court terme», indique le communiqué du Cégep. L'établissement «se donne quelques mois pour évaluer ces scénarios et prendre les meilleures décisions», ajoute le communiqué.

Ce n'est pas la première fois que cet observatoire, qui fêtait ses 30 ans en 2011, est menacé. Il a déjà été fermé au public entre 2003 et 2006, faute de financement.

La fermeture annoncée hier pour des questions d'austérité n'est pas sans rappeler la menace qui avait plané sur l'Observatoire du Mont-Mégantic, en début d'année, à la suite de compressions, dans ce cas, du gouvernement fédéral.

L'Observatoire de Champlain n'est certes pas du même calibre que son grand frère de l'Estrie, mais il s'agit d'un outil scientifique beaucoup plus important qu'on pourrait le croire.

Depuis 2014, en effet, l'Observatoire du Cégep de Trois-Rivières est notamment membre du réseau nord-américain de caméras de surveillance du ciel (North American All Sky Camera Network) qui se spécialise dans la détection et l'analyse de la trajectoire des météores et météorites qui menacent la Terre. Malheureusement, à cause de ces compressions budgétaires, l'Observatoire de Champlain ne pourra plus faire partie de cet important réseau et dès le 1er juin, les images du ciel qui sont disponibles jour et nuit pour le grand public sur le site web de l'Observatoire ne pourront plus être diffusées non plus.

Les visites et ateliers scolaires de cette année sont les dernières, indique le responsable, Éric J. Allen.

L'Observatoire de Champlain et son modeste télescope Newton de 16 pouces s'est distingué à plusieurs reprises sur le plan international grâce à ses découvertes. En 2004, par exemple, il avait servi à repérer un astéroïde qui avait échappé au programme LINEAR de la NASA.

Cette découverte avait valu à M. Allen, qui bénéficiait d'une libération partielle de sa tâche d'enseignement pour s'occuper de l'Observatoire, une bourse Gene-Shoemaker de la Planetary Society en 2007. Cette somme avait servi à moderniser l'Observatoire de manière à pouvoir prendre le contrôle de la coupole à distance.

«J'ai des étudiants qui ont déterminé la période de rotation d'astéroïdes à partir d'observations qu'ils ont faites à l'Observatoire. C'était des astéroïdes dont la période était inconnue», raconte M. Allen pour illustrer l'impact didactique de cet équipement.

Certaines découvertes réalisées à l'Observatoire ont été publiées sur le prestigieux site d'astronomie SpaceWeather.com qui a une visibilité internationale.

«Il n'y aura plus de recherche, ni de développement à notre Observatoire», a écrit Éric J. Allen sur la page Facebook de l'Observatoire, hier. Les projets de recherche scientifique réalisés par les étudiants «seront donc maintenant impossibles», écrit-il.

Sur le réseau Facebook les commentaires de désolation et de tristesse abondaient, hier. Les gens parlent d'une perte pour la science, d'une économie de bout de chandelle et d'une belle visibilité du Cégep qui disparaît.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer