Les grands honneurs pour Keranna

L'équipe l'Ultime-5528 Ganotec de l'Institut secondaire Keranna de... (Photo: courtoisie)

Agrandir

L'équipe l'Ultime-5528 Ganotec de l'Institut secondaire Keranna de Trois-Rivières.

Photo: courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Ce n'est pas uniquement celui qui monte sur la plus haute marche du podium qui ressort gagnant d'une compétition. À preuve, si les 21 élèves de l'Institut secondaire Keranna n'ont pas mis la main sur le trophée de la victoire lors du championnat international de Robotique FIRST tenu en fin de semaine à Saint-Louis (Missouri), ils sont rentrés au pays hier avec en poche une inestimable expérience et, fait non négligeable, une bourse de 10 000 $... US s'il-vous-plaît.

Dans l'autobus qui les ramenait des États-Unis, les élèves étaient ni plus ni moins qu'«euphoriques». «D'aller à Saint-Louis, c'est une expérience en soi, mais de participer à la compétition et de revenir avec une bourse, on est aux petits oiseaux», souligne la professeure Dominique Gélinas.

Si leur robot prénommé Atlas, capable de manipuler des bacs de recyclage ou de rangement, n'a pas réussi à battre les autres machines provenant de 70 pays, les élèves de Keranna ont tout de même décroché une deuxième place au concours Innovation Challenge Fedex, où les jeunes étaient appelés à résoudre avec créativité et imagination sept problématiques de diverses natures et d'exposer leurs réponses sous forme de vidéos.

«Les énigmes nous ont permis de nous approprier le côté historique, culturel et scientifique de la Ville de Saint-Louis. Par exemple, une énigme nous permettait d'observer la richesse architecturale de certains bâtiments ou encore de découvrir Saint-Louis», mentionne Mme Gélinas.

«Nous sommes enchantés d'avoir remporté ce prix-là. Pour une première année, nous avons pu réellement nous démarquer en tant qu'équipe recrue. Nous sommes très fiers», renchérit l'étudiante Marie-Audrey Bergeron.

Avec l'argent durement gagné à la sueur de leur persévérance, les élèves peuvent dès lors tabler sur leur participation au FIRST 2016. Les fonds serviront à l'achat d'équipement et d'outillages de pointe afin de créer un robot plus sophistiqué. Et, cette fois, les élèves auront le financement nécessaire pour réaliser un robot à la hauteur de leurs rêves.

«On n'est pas habitué d'avoir des sous. On est plutôt habitué à faire des campagnes de financement. Sauf que là, on revient la tête pleine d'idées et pleine d'ambition. Ça nous permet de rêver encore plus grand», avoue Mme Gélinas. Un aveu repris en choeur par les élèves qu'elle accompagne.

«Nous avons très hâte à l'année prochaine et nous allons nous améliorer d'année en année, c'est certain. Nous avons maintenant les moyens pour réaliser toutes nos ambitions. Nous avons plein de beaux projets en tête pour les années futures», conclut Mlle Bergeron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer