Accueil tiède sur la rive sud

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour -) Le changement de garde autour du Fonds de diversification économique est loin d'impressionner les maires de la rive sud. «Je jugerai l'arbre à ses fruits. C'est sûr que ça implique des gens locaux. Mais on a remplacé Maurice Richard et Michel Morin. Il y a la moitié du monde que je ne connais pas», a indiqué Jean-Guy Dubois, de Bécancour.

Par ailleurs, le maintien des critères fait en sorte qu'il a «une certaine appréhension sur l'efficacité du Fonds». «J'espère que les gens vont penser à une seule chose, qu'un jour, il y a une centrale qui a fermé et c'était à Gentilly, Ville de Bécancour. Il faut trouver le moyen d'en faire profiter ces gens-là car jusqu'à présent, c'est zéro pis une barre», soutient-il.

Si celui-ci peut au moins compter sur trois représentants de son territoire, son homologue de Nicolet, Alain Drouin, se dit «un peu déçu» qu'aucun poste n'ait été réservé à quelqu'un de sa municipalité. «Parmi les entreprises qui ont déjà bénéficié du Fonds, il y en aurait eu quelques-unes qui auraient eu facilement de l'intérêt», croit-il.

Quand on lui fait remarquer la présence d'un homme d'affaires de Victoriaville au sein de la nouvelle gouvernance, le premier magistrat trouve «qu'on s'éloigne de l'épicentre». «Les impacts négatifs de la fermeture de Gentilly-2 sont moins importants à Victoriaville qu'ils puissent l'être à Nicolet et Bécancour», fait remarquer le premier magistrat.

Quant à la nouvelle composition du Comité de diversification économique, Alain Drouin juge «qu'on change quatre trente sous pour une piastre». «C'est une intervention politique, mais qu'est-ce qui justifie ça?», se demande-t-il.

Ce dernier reconnaît que des propriétaires d'entreprises puissent être effectivement plus près des préoccupations des promoteurs pour traiter les dossiers. «Mais le CLD de la MRC de Bécancour et IDE Trois-Rivières ne sont pas loin des préoccupations des entreprises», souligne-t-il, faisant allusion à l'implication des présidents de ces deux organismes dans la première version du comité, soit Jean-Guy Paré et Réjean Hardy.

Pour le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, dont la ville n'est pas représentée au sein du comité, «si le véritable objectif du gouvernement du Québec est d'améliorer l'efficacité du processus d'approbation des projets, nous sommes en accord».

«L'absence d'entrepreneurs de chez nous sur le comité n'empêchera certainement pas Drummondville de poursuivre avec la même détermination son développement et de demeurer le principal moteur économique de la région. Nous n'y voyons d'ailleurs aucun problème.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer