Le niveau d'eau des rivières sous surveillance

Le chemin du Petit-Chenal a subi la dérive... (Photo: Sébastien Doire)

Agrandir

Le chemin du Petit-Chenal a subi la dérive des glaces découlant d'un embâcle sur la rivière Bécancour dimanche.

Photo: Sébastien Doire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Sécurité civile surveille de près le niveau d'eau des rivières de la Mauricie et du Centre-du-Québec en cette saison printanière qui est plutôt collaboratrice jusqu'à maintenant.

L'arrivée tardive des températures plus clémentes a fait sacrer de nombreux citoyens, mais a eu pour effet de faire fondre la neige graduellement, si bien qu'aucune rivière mauricienne ne représente encore une menace de créer des inondations.

Au Centre-du-Québec, la rivière Gentilly est celle qui inquiète toutefois le plus la Sécurité civile, en raison de son couvert de glace plus important.

Un embâcle formé sur la rivière Bécancour a toutefois fait sortir le cours d'eau de son lit, causant la fermeture de l'avenue du Danube, près de la communauté autochtone de Wôlinak. L'intervention de l'aéroglisseur de la Garde côtière a toutefois permis en fin de journée de rétablir la situation.

«Au Centre-du-Québec, la majorité des rivières sont à l'eau vive. Mais dans le secteur de la Mauricie, on va surveiller les rivières avec un couvert de glace. On va surveiller durant les prochains jours, avec les chaleurs qu'on annonce. Et on n'annonce pas de la pluie importante avant quelques jours. Ça va bien», explique Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile,qui indique que l'aéroglisseur doit débuter son travail mardi sur les rivières au nord du lac Saint-Pierre, dont les rivières du Loup et Yamachiche.

La route Langue-de-Terre est fréquemment inondée à cette période de l'année. Ce secteur de Maskinongé est épargné jusqu'à maintenant.

«L'eau est assez basse au niveau de la rivière. Pour avoir de l'eau sur le chemin, il faut que le lac Saint-Pierre et la rivière Maskinongé débordent. Mais il reste encore beaucoup de glace sur la rivière. Tant que ça ne bouge pas et que la fonte des neiges se fait lentement, tout est sous contrôle. S'il pleut deux ou trois jours, ça se peut que ça déborde. Sinon, ce sera un printemps tranquille pour les citoyens», mentionne le maire Roger Michaud.

À Louiseville, on se prépare à aménager un grand bac de chaque côté de la rivière du Loup afin d'y déposer une grande quantité de sable et des sacs.

Les citoyens du secteur pourront ainsi faire leurs propres sacs de sable afin de construire des digues pour se protéger contre un éventuel débordement.

«On vérifie le niveau tous les jours, il y a un rapport chaque matin avec la Sécurité civile et le niveau de la rivière du Loup est bon, observe Marcel Lupien, le chef du service d'incendie de Louiseville. Ça va bien à l'embouchure du lac Saint-Pierre. On est encore avec de la glace fixe. On n'est pas à l'abri d'une fonte trop rapide, ni des pluies qui causent des problèmes. Mais jusqu'à présent, c'est bon. On touche du bois.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer