Pleins feux sur l'action bénévole

Le Centre d'action bénévole Laviolette a profité de... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Centre d'action bénévole Laviolette a profité de son brunch annuel pour rendre hommage à des bénévoles. On retrouve sur la photo la doyenne des bénévoles Josette Plourde (à l'avant) entourée de France Marquis, présidente du conseil d'administration du CAB, la jeune bénévole Mégane Desbiens et Solange Montour, directrice générale du CAB.

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) En cette Semaine de l'action bénévole, diverses activités de sensibilisation et de reconnaissance se tiennent dans plusieurs organisations vouées à ce type d'implication sociale.

Pour sa part, le Centre d'action bénévole Laviolette a profité de son brunch de dimanche au Musée québécois de culture populaire pour souligner ses 45 ans d'existence dans le milieu trifluvien.

À son ouverture en mai 1970, l'organisme alors nommé Centre de bénévolat offrait des services de bibliothèque à l'hôpital Cooke, d'accompagnement et transport, de corvée, de surveillance et de secrétariat. Quarante-cinq ans plus tard, l'organisation qui a pris le nom de Centre d'action bénévole (CAB) Laviolette en 2001 gère des services de popote roulante, de Tel-Écoute, d'accompagnement personnalisé, d'échange de courrier avec des jeunes et d'activités de lecture auprès d'enfants.

«Nous avons deux clientèles, soit la clientèle âgée et en perte d'autonomie, pour laquelle nous offrons des services qui favorisent le maintien à domicile, et la clientèle des jeunes avec des activités comme le courrier et Lire et faire lire», résume la directrice générale du CAB Laviolette Solange Montour.

Comme pour la plupart des centres d'action bénévole, le recrutement demeure un défi constant pour le CAB Laviolette, qui couvre les secteurs centre, ouest et Pointe-du-Lac de la Ville de Trois-Rivières. Mme Montour observe qu'il est plus facile de recruter des personnes intéressées par les activités d'écriture et de lecture avec les enfants que pour les services de popote roulante, par exemple.

Deux cent cinquante bénévoles sont nécessaires au fonctionnement des services de cuisine et de livraison de repas à domicile. «L'an dernier, nous avons livré plus de 19 000 repas, dans une moyenne de 600 à 800 repas par semaine», détaille Mme Montour, qui assure la direction du CAB Laviolette depuis 10 ans. «Avec le vieillissement de la population, les besoins augmentent et sont de plus en plus pointus», observe-t-elle en songeant à l'évolution de la situation depuis une décennie.

En une année, le CAB Laviolette a comptabilisé 36 441 heures de bénévolat, ce qui représenterait une masse salariale de plus de 360 000 $ au taux minimum. «L'action bénévole, ça concerne tout le monde. On le répète: si on n'avait pas l'action bénévole, on n'aurait pas la société qu'on a», plaide Mme Montour, en invitant les gens à s'impliquer «dans la mesure de leurs disponibilités et de leurs intérêts».

Ailleurs en Mauricie

Il existe neuf centres d'action bénévole en Mauricie. Celui de la région de Shawinigan a aussi été fondé en 1970, avant la création de ceux de la MRC de Maskinongé en 1972, de Grand-Mère en 1976 et de la Moraine (Saint-Narcisse) en 1979. Les années 1980 ont vu la fondation des CAB des Riverains à Sainte-Anne-de-la-Pérade en 1981, de Mékinac à Saint-Tite en 1984, et du Haut-Saint-Maurice à La Tuque en 1989. Le CAB du Rivage, qui dessert les secteurs est de la Ville de Trois-Rivières, célèbre cette année ses 15 ans.

Sur la rive sud, le Centre d'action bénévole de Nicolet a été créé en 1977, soit six ans avant la fondation de celui de la MRC de Bécancour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer