Un dernier hommage au conseiller municipal Jean Perron

Environ 300 personnes se sont réunies à la... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Environ 300 personnes se sont réunies à la cathédrale de Trois-Rivières, samedi, pour rendre un dernier hommage au conseiller municipal Jean Perron.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une cérémonie empreinte d'une grande émotion s'est tenue, samedi, à la cathédrale de Trois-Rivières pour rendre un dernier hommage au conseiller municipal Jean Perron, décédé le 5 avril dernier à la suite d'un accident vasculaire cérébral. M. Perron était âgé de 55 ans.

Plusieurs personnalités publiques s'étaient données rendez-vous pour rappeler les nombreuses qualités de l'homme qui fut, tour à tour, père, frère, mari, mais également un ami et un homme engagé dans sa communauté.

«Mon père a eu beaucoup de rôles dans sa vie. Pour plusieurs c'était un ami, pour d'autres un collègue, un employé, un président du club social, président du club de balle, président du Club Châteaudun, un bénévole, pour d'autres c'était un cousin, un oncle, un frère, un parrain. Plusieurs cette semaine m'ont dit que c'était un deuxième père et ça, j'en suis vraiment fière. Pour les enfants c'était Jean le tannant, pour maman c'était un mari génial. Moi et ma soeur avons eu le meilleur de tous ces rôles, nous avons eu son rôle de père, qu'il a accompli vraiment avec brio», a souligné la fille de M. Perron, Patricia.

En présence des membres du conseil municipal de Trois-Rivières, du député de Trois-Rivières Jean-Denis Girard et de nombreux résidents du district de Châteaudun, le maire Yves Lévesque a demandé aux membres de l'assistance de perpétuer les valeurs que Jean Perron a cultivées toute sa vie, soit la charité, la patience, la bonté, l'humilité, l'honnêteté, l'esprit de justice et de vérité. «Petit Jean a laissé un héritage d'amour et a semé des valeurs de vie pendant 55 ans.»

Le président de Marmen, où Jean Perron a travaillé de nombreuses années, a offert un témoignage bouleversant. Patrick Pellerin a mis en relief, d'une voix chevrotante, la place qu'occupait le défunt dans son entreprise, un homme «au moral en acier trempé». 

«Jean ne pouvait pas être petit. Sa stature correspondait exactement à l'immense respect qu'il imposait. Sa carrure était absolument nécessaire pour jouer son rôle de grand frère protecteur auprès de ses collègues de travail qu'il aimait tant. Son coffre, tout juste suffisant pour abriter son coeur hors de proportion.»

«Abattre un gros chêne en plein jour, avec une hache, c'est difficile. La mort a donc changé de stratégie, un grand coup, en pleine nuit, dans son sommeil. Jean ne pouvait rien faire contre ça», a conclu M. Pellerin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer