Le communautaire se dirige vers la grève

Les groupes communautaires se mobilisent. Sur notre photo,...

Agrandir

Les groupes communautaires se mobilisent. Sur notre photo, à l'avant, on reconnaît Renaud Beaudry, porte- parole de la TROC, France Marquis, coprésidente de la TROC-CQM, et Ariane Bolduc-Bédard, de la Maison de jeunes l'Escale jeunesse-La Piaule.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le mouvement communautaire de la région comme du reste du Québec semble se diriger vers une grève qui pourrait être générale si le gouvernement Couillard ne revient pas sur sa décision d'annuler l'engagement de Pauline Marois d'investir 120 millions $ sur trois ans dans les 3000 organismes communautaires en santé et services sociaux.

Des moyens de pression seront pris dans les prochaines semaines, dans le cadre d'une vaste campagne de mobilisation, dont une série de 13 manifestations qui débutera le 13 mai prochain.

C'est ce qu'ont fait savoir, jeudi, les porte-parole de la Table régionale des organismes communautaires Centre-du-Québec-Mauricie, soit Renaud Beaudry, porte-parole de la TROC, France Marquis, coprésidente de la TROC-CQM, et Ariane Bolduc-Bédard, de la Maison de jeunes l'Escale jeunesse-La Piaule. Les trois avaient revêtu pour l'occasion un sarrau blanc, généralement réservé aux médecins, laissant entendre ainsi que c'était la seule façon d'être entendu du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Or, soutiennent-ils, «le communautaire, c'est l'autre système de santé et de services sociaux». Ils en ont d'ailleurs fait leur slogan.

Les porte-parole ont directement apostrophé Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, en la prévenant qu'ils ne se contenteront pas de travaux administratifs si elle veut vraiment être considérée comme une alliée du mouvement communautaire, elle qui a gelé pour trois ans le programme SOC (soutien aux organismes communautaires).

«Pour 2014-2015, le ministère de la Santé et des Services sociaux a versé la plus faible indexation du PSOC en 18 ans soit 0,9 %, a rappelé Renaud Beaudry. Avec le dernier budget du gouvernement libéral, aucune indexation de financement n'a été clairement annoncée (NDLR: lors d'une entrevue accordée au Nouvelliste vendredi dernier, Martin Beaumont, pdg du CIUSSS, a confirmé une indexation d'environ 1 %). Pire, le budget destiné à ce ministère est réduit.»

Les groupes communautaires sont d'autant plus excédés par leur situation précaire qu'à leur avis, leurs «partenaires» du réseau de la santé ne se gênent pas pour leur référer des gens, sans se soucier s'ils ont les moyens de les recevoir. Une situation qui aurait empiré ces dernières années.

«C'est inacceptable, a lancé France Marquis. Les organismes communautaires subiront les contrecoups des politiques budgétaires du gouvernement. L'action des organismes communautaires répond à des besoins urgents d'une population vulnérable, consolide le tissu social québécois et aide grandement le système public de santé. Ils luttent contre l'exclusion sociale, travaillent pour la prévention et accompagnent des milliers de personnes.»

Comme les questions d'argent sont toujours des questions politiques, la TROC et ses membres estiment qu'ils n'ont d'autres choix que la mobilisation. Près de 1200 membres de conseils d'administration d'organismes communautaires ont été consultés depuis décembre dernier. 70 % des organismes et 70 % des conseils, après discussions, débats et votes, dans plusieurs cas, ont décidé de donner un mandat de mobilisation. Les députés de la région seront sensibilisés, a-t-on ajouté, particulièrement le ministre régional, Jean-Denis Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer