Taux de chômage de 6,1 % à Trois-Rivières: le milieu emballé

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Avec un taux de chômage qui est passé de 8,2 à 6,1 pour cent en un an, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Trois-Rivières affiche le deuxième meilleur résultat au Québec, derrière la Vieille Capitale. Et même son taux d'emploi s'est amélioré de 1,8 point au cours de la même période, se situant à 54,4 pour cent en mars dernier.

«Nous, on ne contrôle pas l'économie, mais on travaille sur le développement économique en fournissant les outils nécessaires et en étant proactifs. Et depuis 2002, la priorité numéro un, c'est l'économie et on a pris le virage de la diversification», a fièrement commenté le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

En Mauricie, le taux de chômage a subi une diminution significative de 2,8 points par rapport à mars 2014, pour atteindre 7,3 pour cent. Quant au taux d'emploi, il a connu le même niveau de gain que l'agglomération trifluvienne, mais son résultat reste inférieur, à 52,3 pour cent. 

Ces bonnes nouvelles s'ajoutent au bilan positif du marché du travail régional en 2014. Selon l'Institut de la statistique du Québec, la Mauricie affichait non seulement la croissance de l'emploi la plus forte (+5,1 %), mais aussi, la hausse la plus significative de son taux d'emploi (+2,4 points).

«On a un produit à vendre, une ville à vendre. Gérer le quotidien est une erreur monumentale, il faut avoir une vision du besoin des consommateurs futurs. Ça prend du courage pour gérer l'avenir. On a investi dans le travail, mais aussi, le milieu de vie. Et nos investissements ont rapporté», soutient le premier magistrat.

Dès le 20 avril, celui-ci pourra compter sur un nouveau lieutenant économique, avec la retraite du directeur général chez Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Yves Marchand. Son successeur ne provient pas de l'interne, mais de l'extérieur de la région. Et il ne s'agit pas du commissaire industriel de Drummondville, Martin Dupont, qui fut encore dans la mire du maire au cours des derniers mois. 

À la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières, qui vit aussi un changement de garde avec le départ prochain de Caroline Beaudry, on se réjouit qu'il se crée des emplois «même si on manque d'explications», admet le président Marco Bélanger. «Cela témoigne de la diversification économique que l'on sent, que l'on voit et qui est en train de se dessiner», croit-il.

Une opinion largement partagée par le ministre régional Jean-Denis Girard qui se garde bien «de prendre le crédit en totalité» de l'amélioration du marché du travail dans son comté. «On est sur la bonne voie avec toutes ces annonces dans différentes entreprises, la baisse du taux de chômage ainsi que la hausse du taux d'emploi et de la population active», s'est-il plu à énumérer.

C'est sans compter qu'en vertu du Plan québécois des infrastructures 2015-2025, des investissements de plus de 2,1 milliards de dollars sont prévus en Mauricie. À cela viennent s'ajouter, dit-il, le Fonds de diversification économique, le dernier «budget PME», le Plan Nord et la Stratégie maritime qui, dans ces deux derniers cas, profiteront tantôt à des entreprises telles que FAB 3R, Hardy Filtration et Neksys-Excelpro, tantôt à Minéraux rares Quest. 

Au Québec, le taux de chômage est passé de 7,4 à 7,5 pour cent au Québec de février à mars, rapporte Statistique Canada vendredi. La croissance sur 12 mois s'est établie à 0,8 pour cent dans la province, toute la progression étant survenue au cours des deux premiers mois de l'année en cours.

Au Canada, le taux de chômage s'est maintenu à 6,8 pour cent en mars, un niveau identique à celui du mois précédent. Statistique Canada explique que l'emploi a augmenté de 29 000 au pays en mars, en raison d'une hausse du travail à temps partiel. D'ailleurs, au cours du premier trimestre, l'emploi a connu au Canada une croissance de 63 000, ou de 0,4 %, en raison surtout d'une augmentation de l'emploi à temps partiel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer