Radicalisation: Lise Thériault invite à dénoncer

La vice-première ministre, Lise Thériault.... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La vice-première ministre, Lise Thériault.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Nicolet) La vice-première ministre du Québec, Lise Thériault, a fait valoir, mercredi, qu'un effort collectif était nécessaire pour combattre la radicalisation.

«Dès que l'on constate les signes avant-coureurs d'un processus de radicalisation chez une personne de notre entourage, nous devons réagir rapidement en le signalant aux autorités», a indiqué Mme Thériault alors qu'elle inaugurait, à l'Institut national de police de Nicolet, le 4e Colloque Francopol sur la cybercriminalité, escroquerie sur Internet et radicalisation.

Mme Thériault a indiqué qu'il faut compter «sur la collaboration de l'ensemble de la population» pour contrer le phénomène.

«À elles seules, les forces policières ne peuvent relever ce défi», dit-elle. «La lutte à la cybercriminalité et à la radicalisation, c'est la responsabilité de tous», dit-elle.

Yves Guay, le directeur de l'École nationale de police de Nicolet, où se tenait ce colloque, estime que la radicalisation est devenue un sujet d'intérêt incontournable, surtout depuis les attentats survenus en terre canadienne.

Une nouvelle formation sur la lutte à la radicalisation est d'ailleurs offerte par la Gendarmerie royale du Canada aux aspirants policiers en partenariat avec la Sûreté du Québec et le Service de police de Montréal. Elle permettra de mieux dépister des comportements pouvant être associés au terrorisme.

Au cours d'une récente tournée provinciale, l'ÉNPQ a formé plus de 600 policiers enquêteurs sur l'utilisation d'Internet et des médias sociaux relativement à ce contexte. Deux cents autres seront formés d'ici juin.

Éric Adja, directeur de Francophonie numérique, a indiqué que la cybercriminalité doit être l'affaire autant des pays du nord que des pays du sud.

«Refuser d'inscrire ce phénomène dans une approche globale serait prendre le risque de laisser proliférer, dans les régions du monde, des paradis juridiques transfrontaliers et immatériels», prévient-il.

Mme Thériault a profité du colloque pour annoncer que le Conseil des ministre a entériné, mardi, la nomination de Yves Guay comme directeur général de l'École nationale de police du Québec à Nicolet pour 5 ans.

M. Guay était directeur par intérim depuis 2014, à la suite du départ de Marie Gagnon.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer