Jean-Claude Turcotte, un allié des abbés Marcil et Martel

Le cardinal Jean-Claude Turcotte... (PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le cardinal Jean-Claude Turcotte

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le décès du cardinal Jean-Claude Turcotte à l'âge de 78 ans, mercredi, a fait réagir plusieurs personnalités de la région qui l'ont côtoyé dans le cadre de ses fonctions. Ils en ont gardé un souvenir admiratif et amical.

L'abbé Yves Marcil... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

L'abbé Yves Marcil

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Les abbés Marcil et Martel du Centre Roland-Bertrand considéraient le cardinal Jean-Claude Turcotte comme un allié dans leur travail auprès des plus démunis, au point qu'ils l'avaient invité à venir prendre la parole lors d'un souper à Shawinigan, en 1995. 

«Il était venu à un souper-conférence sur la pauvreté, se remémore l'abbé Yves Marcil. Comme nous nous occupions des pauvres, on s'était dit que de par son rôle au sein de l'Église du Québec et son implication dans le diocèse de Montréal, il apporterait une dimension différente. Il venait ainsi un peu appuyer la démarche sociale de l'Église par l'intermédiaire du Centre Roland-Bertrand.»

L'abbé Marcil raconte qu'il avait parlé de l'aspect évangélique de leur travail et de la préoccupation de Jésus pour les pauvres. «Nous, on prolongeait un peu cette vision dans l'Église. Nous étions deux prêtres dégagés par le diocèse et à plein temps pour faire un travail comme celui-là.» Il précise qu'à cette époque, plusieurs personnes percevaient le travail de ces deux prêtres comme étant un peu marginal par rapport à l'Église, et ce, bien qu'ils avaient reçu l'appui de leur évêque pour ce projet à dimension sociale. «C'était un travail social très différent et des gens voyaient ça comme une coupure ou une division, alors Mgr Turcotte est venu renchérir en déclarant que c'était vraiment une partie importante de la mission de l'Église.»

L'abbé Marcil retient que malgré que Mgr Turcotte était une «grosse pointure» dans l'Église québécoise, il était capable de descendre sur le terrain et de parler le langage simple des gens de la rue. «À Montréal, il a posé quelques gestes à l'occasion auprès d'organismes qui s'occupaient d'itinérants. On savait qu'il avait cette sensibilité. Sauf qu'il reconnaissait lui-même que ce n'était pas toujours facile pour lui de faire des choses comme celles-là, à cause de ses fonctions de représentant du Québec à Rome, et que ça prenait des gars comme nous pour le faire. Il était capable de reconnaître les limites de son travail de pasteur, de par son rôle dans l'Église. Nous l'avions invité dans cette optique-là.»

Lise Landry... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Lise Landry

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

L'ex-mairesse de Shawinigan Lise Landry se souvient aussi très bien de la venue du prestigieux visiteur à Shawinigan, car elle l'avait reçu avec tous les égards dus à son rang à l'hôtel de ville, en compagnie du député de Saint-Maurice de l'époque, Claude Pinard, du maire de Grand-Mère, Gérald Bastarache et de quelques conseillers. Elle conserve d'ailleurs précieusement chez elle une photo officielle de ce moment. «J'en garde le souvenir d'un homme tellement chaleureux et simple à la fois qui attachait de l'importance à tout ce que nous faisions pour les citoyens comme élus. Il considérait que comme maires, nous avions un rôle important à jouer auprès de nos concitoyens», relate Mme Landry.

Mgr Martin Veillette... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 3.0

Agrandir

Mgr Martin Veillette

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Une autre personne se souvient précisément de cette journée d'automne, l'ex-évêque de Trois-Rivières, Mgr Martin Veillette. Du même âge que Mgr Turcotte, Mgr Veillette a pour ainsi dire cheminé à ses côtés pendant toute sa carrière, le croisant à plusieurs reprises entre autres à la table de  l'assemblée des évêques catholiques. Les deux hommes avaient été nommés évêques auxiliaires à quatre années d'intervalle. «On était en contact régulièrement avec l'assemblée des évêques, les réunions de comités, etc, et ce, pendant 25 ans. On a présenté notre démission la même année, étant donné que nous avions le même âge.»

Mgr Veillette confie qu'à plusieurs occasions, alors qu'il participait avec le cardinal Turcotte à de grands rassemblements ou soupers, il était toujours fasciné de le voir évoluer parmi les gens ou les tables en parlant simplement à tout le monde et en serrant des mains. «Il était à l'aise de circuler, de jaser, de poser des questions et les gens étaient tellement contents de lui parler, encore plus une fois qu'il était devenu cardinal. C'était quelque chose! Il aimait ça. C'était facile pour lui de parler aux gens ordinaires et je pense que cela l'a aidé par la suite dans ses autres communications, entre autres avec les médias. C'était remarquable ses réponses aux questions. Cela dit, il était tout aussi à l'aise avec les chefs d'État.»

Mgr Raymond St-Gelais... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 4.0

Agrandir

Mgr Raymond St-Gelais

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

De son côté, Mgr Raymond St-Gelais, ex-évêque du diocèse de Nicolet, a déclaré de sa résidence de Saint-Hyacinthe, saluer lui aussi l'homme fraternel, d'une grande simplicité, et de contact chaleureux. «C'était un confrère et un bon ami qui était toujours simple avec nous. Il était proche des gens et des travailleurs. Il lui arrivait d'aller parler avec des ouvriers sur des chantiers de construction près de l'évêché de Montréal. Il était au service de l'Église tout en étant ce qu'on appelle un homme de frontières, comme le pape actuel. » 

Mgr Luc Bouchard... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 5.0

Agrandir

Mgr Luc Bouchard

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

L'actuel évêque du diocèse de Trois-Rivières, Mgr Luc Bouchard, a peu connu le cardinal Turcotte mais a eu l'occasion de le croiser lors de réunions des évêques du Canada.

«J'ai pu le voir en action. C'était quelqu'un qui impressionnait beaucoup par sa stature et ses interventions d'homme de foi avec une longue expérience.» Mgr Bouchard ajoute avoir été très touché qu'il soit venu en personne assister aux cérémonies de son installation à Trois-Rivières. «Ça m'avait touché et je l'en avais remercié.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer