Un mariage de rêve pour Chantale Paquin

Aucun détail ne manquait lors du mariage organisé... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Aucun détail ne manquait lors du mariage organisé gratuitement pour Chantale Paquin det Dominic Dumont, du gâteau en passant par le photographe officiel et... officieux.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le cancer n'était pas invité au mariage. Et s'il avait osé pointer ne serait-ce que le bout de sa fatalité, la quarantaine d'invités présents au Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac, samedi, l'auraient escorté manu militari. Même la mariée, Chantale Paquin, qui a récemment appris que l'épée de Damoclès planait au-dessus de sa tête, rayonnait d'énergie et de bonheur. L'espace de 24 heures, la citrouille s'est transformée en carrosse royal pour cette Shawiniganaise de 28 ans, son cancer invasif de l'utérus étant temporairement relayé aux oubliettes.

Le 2 mai 2014, Cupidon tirait une flèche en direction de Chantale Paquin et Dominic Dumont. L'angelot visa juste son coup de foudre, mais également un coup du malheur, car quelques semaines plus tard on annonçait àMme Paquin qu'il ne lui restait plus que quelques mois à vivre, tout au plus une année. Dans une soif éperdue de vivre, la jeune femme dressait alors une liste des activités qu'elle désirait entreprendre avant de rendre son dernier souffle, parmi lesquelles se fiancer avec son nouvel amoureux.

«Nous nous sommes fiancés le 14 février dernier», se rappelle M. Dumont avant de passer au doigt de sa future épouse l'anneau d'or symbole de leur amour. C'est à ce moment qu'est entrée dans ce conte de fées la photographe Maryline Tremblay en leur offrant une séance de photos professionnelles. Loin de s'en contenter, Mme Tremblay est rapidement revenue à la change en proposant plutôt un mariage en règle aux jeunes tourtereaux. Et tout à fait gratuitement s'il-vous-plaît. En moins de dix jours, une vingtaine de fournisseurs acceptaient de mettre la main à la pâte de cet élan de générosité pour concocter une cérémonie nuptiale évaluée à 30 000 $.

Robes, costumes, gâteaux, coiffure, maquillage, bagues, bouquet de fleurs, musiciens, photographe officiel, décoration, traiteur, tout a été déballé samedi comme un cadeau inespéré devant les yeux ébahis deMme Paquin et de l'homme de sa vie. «Nous sommes époustouflées par tant de générosité», lance M. Dumont. «Je recommence à croire en la beauté de l'humanité», renchérit la mariée. «C'est comme un coeur qui gonfle, qui gonfle au-delà du rêve.» Même son chanteur favori, Étienne Drapeau, est descendu spécialement de Montréal pour glisser à l'oreille de la Cendrillon shawiniganaise ses plus grands succès au titre fort à propos: Marie-moi et T'es ma femme, t'es la plus belle.

«J'ai cru comprendre entre les lignes que je faisais partie de sa liste de souhaits. Lorsqu'on m'a contacté, on m'a raconté l'histoire de Chantale, du paquet de personnes qui s'étaient mobilisées, alors pour moi, trois heures de route pour participer à cette journée magique, j'ai dit oui sans hésiter. Lorsque j'ai écrit ces chansons-là sur le coin d'une table, je ne me doutais pas qu'elles participeraient à la journée la plus importante de quelqu'un. On parle de quelqu'un qui va se marier, mais également qui ne sera plus des nôtres dans un petit bout. Pour moi, c'est vraiment spécial, c'est un beau cadeau de la vie», avoue l'artiste romantique.

C'est donc un «mariage symbolique», certes, sans prêtre ni célébrant, qu'a organisé au pied levé Maryline Tremblay. Touchée au coeur par l'histoire de Chantale Paquin, la jeune photographe n'a pas hésité à se donner corps et âme à l'entreprise, à l'instar des fournisseurs de magie qu'elle a approchés.

«Tout le monde a embarqué à coeur ouvert. Personne ne m'a dit non, car tous ont été très touchés par l'histoire de Chantale. Tout le monde y a mis beaucoup de coeur, beaucoup de temps, chacun son petit investissement en argent. C'est vraiment un travail d'équipe qu'on a fait», souligne Mme Tremblay.

Celle qui, selon la demoiselle d'honneur, «n'a jamais été chanceuse en amour», volait littéralement au-dessus des planches lorsqu'elle est entrée dans la salle de réception au bras de son père.

«Aujourd'hui, on célèbre l'amour avec un grand A», lance-t-elle à l'assemblée sous le regard approbateur de son époux. «Ma mission, maintenant, c'est de te rendre heureuse jusqu'à ce que la mort nous sépare», conclut le nouveau marié, la voix chevrotante à la frontière du sanglot.

Partager

À lire aussi

  • Un mariage en tête de liste

    La vie...

    Un mariage en tête de liste

    Le cancer ne peut pas toujours l'emporter aussi facilement. Samedi prochain, 4 avril, Chantale Paquin unira sa destinée à l'homme de sa vie. Une... »

  • La liste de Chantale

    Actualités

    La liste de Chantale

    Chantale Paquin peut continuer de rêver. Son histoire racontée dans nos pages cette semaine («Avant de mourir, une liste de choses à faire») a... »

  • La liste

    La vie...

    La liste

    Avoir une liste sous la main, c'est toujours pratique au moment de se rendre à l'épicerie, de partir en vacances ou d'organiser une réception. Pour... »

  • Avant de mourir, une liste de choses à faire

    La vie...

    Avant de mourir, une liste de choses à faire

    Chantale Paquin va mourir. En janvier dernier, son médecin lui a donné de six mois à un an à vivre, mais au rythme où le cancer s'approprie son... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer