Louer un animal à Pâques ou l'adopter pour la vie?

Nancy Balleux de l'animalerie Aquanimal.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Nancy Balleux de l'animalerie Aquanimal.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un petit lapin, c'est bien mignon et ça fait le plus joli des cadeaux de Pâques, mais la Société protectrice des animaux rappelle que trop souvent, ces animaux achetés sur un coup de coeur finissent à l'abandon.

Présentement, une dizaine de lapins, tous stérilisés, attendent une famille d'adoption à la SPA Mauricie de Trois-Rivières et de Shawinigan.

Les personnes qui sont vraiment désireuses de se procurer un lapin pour Pâques sont donc invitées à poser un bon geste en adoptant l'un d'eux à la SPAM.

Depuis une vingtaine d'années, l'animalerie Aquanimal de Trois-Rivières essaie de contrer le problème des abandons à sa façon en louant des canetons et des poussins à ses clients.

À peine arrivés, les petits animaux du printemps, soit une vingtaine de poussins et une centaine de canetons, partent comme des petits pains chauds pour 7,99 $ l'unité.

«On les a eus à 14 h hier (mardi) et il en reste une trentaine», indiquait en entrevue la propriétaire, Nancy Balleux, vers 10 h, mercredi matin.

Environ 80 % de ces animaux loués reviennent à l'animalerie après Pâques. «On a une amie qui a une ferme et elle viendra les chercher le 12», dit-elle.

«Si les gens vivent à la campagne ou ont une ferme, ils peuvent les garder», précise-t-elle. «C'est le même prix», dit-elle. Les poussins sont en fait de futures poules pondeuses, précise Mme Balleux.

Du côté de la Société protectrice des animaux de la Mauricie, on ne condamne pas totalement cette pratique. Toutefois, «il y a peut-être une légère problématique avec la responsabilisation des gens face à l'adoption d'un animal et tout le caractère éphémère de cette location-là», explique Lucie Fortier, technicienne en santé animale à la SPAM.

«On considère qu'un animal de compagnie, c'est pour la vie de l'animal. Donc, la SPAM favorise l'adoption pour la vie de l'animal», dit-elle.

Durant la période de Pâques, les lapins représentent le troisième animal de compagnie le plus souvent abandonné dans les refuges après le chat et le chien.

C'est que le lapin vit en moyenne une dizaine d'années et représente une responsabilité en termes de temps et de budget, rappelle la SPAM.

«De plus, les lapins ne sont pas nécessairement les meilleurs candidats avec les jeunes enfants qui veulent avoir un petit animal pour l'avoir toujours dans leurs bras car ce sont des animaux fragiles», prévient la SPAM.

Si malgré tout l'adoption d'un lapin vous tient à coeur, la SPAM offre quelques conseils: «Ils sont beaucoup plus à l'aise en demeurant au sol. Ils ont besoin d'exercice tous les jours à l'extérieur de leur cage, en moyenne 2 à 3 heures, et leur alimentation est basée sur le foin», un aliment qui doit leur être fourni à volonté. «Il est tout de même conseillé de leur donner un peu de nourriture sèche ainsi que des légumes verts frais.»

Il vaut mieux faire stériliser le lapin, dit la SPAM, pour lui éviter des troubles de santé et pour adoucir son tempérament et prévenir le marquage de territoire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer