Une vache donne naissance à des triplés

Claude J. Massicotte, un producteur laitier de Sainte-Geneviève-de-Batiscan,... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Claude J. Massicotte, un producteur laitier de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, n'avait jamais vu de sa vie une naissance de triplés.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sainte-Geneviève-de-Batiscan) Claude J. Massicotte a beau avoir vu des milliers de naissances sur sa ferme de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, jamais une de ses vaches n'avait donné naissance à des triplés. Le producteur laitier ne cache pas la surprise qu'il a eue dimanche dernier lorsqu'un troisième veau s'est montré le bout du museau.

«Je n'ai jamais vu ça de ma vie. C'est très spécial et rare des triplés», a lancé Claude J. Massicotte, un producteur laitier de la région qui se rapproche de son 80e anniversaire de naissance.

«J'étais convaincu que Lola [la mère] était enceinte de jumeaux, mais jamais je n'ai cru qu'elle attendait trois veaux», a ajouté le propriétaire de la ferme familiale Claude J. Massicotte et fils.

Le vêlage a eu lieu dimanche dernier et il s'est très bien déroulé, explique le producteur laitier. «C'est une vache de quatre ans qui a déjà eu d'autres vêlages. Mais cette fois-ci, elle était très grosse. C'est pour ça que je pensais qu'elle attendait des jumeaux. C'est une bonne vache.»

La mère et ses trois veaux de race Holstein, nommés Josette, Joséphine et Josaphat, deux femelles et un mâle, se portent à merveille. Bien qu'ils sont un peu plus petits que la normale, entre 60 et 70 livres au lieu de 100, les veaux sont en parfaite santé. Autre fait inusité, la fécondation s'est faite de façon totalement naturelle. M. Massicotte souligne que les techniques d'insémination ne fonctionnaient pas. «On a présenté la vache au taureau qu'on garde au cas où. Et c'est lui qui a bien fait son travail», a noté M. Massicotte.

La ferme Claude J. Massicotte et fils possède 150 bêtes. De récents investissements ont même permis d'installer un système de traite robotisé.

La naissance de ces trois veaux en parfaite santé surprend aussi la Dre Sylvie Plamondon de la Clinique vétérinaire Saint-Tite. En 22 ans de pratique vétérinaire, elle affirme avoir entendu parler seulement de trois vêlages de triplés. «Je n'ai moi-même jamais vu ça des triplés», avoue-t-elle. «De plus, les veaux et la mère sont en forme. Lorsqu'une vache porte trois veaux, il y a souvent congestion» à la sortie de l'utérus. Cela peut souvent entraîner la mort des veaux.»

La conception naturelle des bêtes a de quoi surprendre, souligne la vétérinaire. «Lorsqu'il y a des transferts d'embryons, c'est plus fréquent de voir des grossesses multiples. Mais naturellement, c'est vraiment très rare.»

Le mâle des triplés est destiné à la boucherie, alors que les deux femelles devront subir des tests hormonaux afin de savoir si elles sont fertiles. La Dre Plamondon précise que seulement 10 % des femelles nées d'une grossesse multiple avec un frère mâle sont fertiles. Claude J. Massicotte affirme toutefois que la bonne génétique de la mère donne de l'espoir d'avoir une autre bonne génitrice.

Fait intéressant, la vétérinaire indique que la gestation des vaches dure en moyenne 285 jours, soit sensiblement le même temps que chez l'humain. À titre comparatif, la gestation chez le cheval dure près de 335 jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer