La littérature pour contrer l'intimidation

La jeune auteure Billie-Lou Roy espère que son... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La jeune auteure Billie-Lou Roy espère que son livre ajoutera une pierre au mur que la société tente de dresser pour contrer l'intimidation.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Billie-Lou Roy a 18 ans. Comme un trop grand nombre de ses camarades, elle a été victime d'intimidation à l'école. Elle aussi, a nourri des idées noires. Elle aussi, comme le personnage principal de son premier roman, J'en peux plus, n'avait pas le goût de mourir, mais pas plus le goût de vivre. À la différence de Cathy, qui endure chaque jour les insultes, les regards haineux, les rires des autres élèves, Billie-Lou Roy ne se mutile pas pour que cesse la souffrance, elle écrit.

«J'en peux plus c'est un livre sur l'intimidation, la mutilation et les idées suicidaires. Ça raconte l'histoire de Cathy, une jeune fille de 16 ans qui vit des hauts et des bas, mais qui est intimidée depuis l'école primaire. À un moment donné, elle n'en peut juste plus et trouve, à travers la mutilation, un moyen de se soulager. En quelque sorte, elle déverse sa souffrance sur elle-même», raconte la jeune auteure originaire de Champlain.

Sans être un roman autobiographique, Mme Roy avoue s'être inspirée de sa propre histoire, mais également de l'histoire de ceux et celles qui, autour d'elle, ont vécu les affres de l'intimidation. Nourrissant une grande maturité face à ce passé qu'elle regarde de loin, mettant aussi à profit les enseignements du Dalaï-lama qu'elle porte aux nues, Billie-Lou Roy constate avec le recul que même l'intimidation est une médaille à deux faces. Lorsqu'on parvient à s'en extraire, cette expérience négative peut déboucher sur un enseignement existentiel extrêmement constructif.

«J'ai moi-même été victime d'intimidation. C'est sûr que ça fait mal. Mais en même temps, ça m'a tellement apporté des trucs positifs dans la vie. Par exemple, j'ai développé l'empathie au maximum. Ça m'a permis d'être plus forte et de développer une philosophie de vie. Aujourd'hui, je me dis que peu importe ce que l'on va faire dans la vie, les gens vont nous juger, alors pourquoi ne pas faire ce que l'on veut. Il y a du positif dans tout», affirme Mme Roy avec une sereine conviction.

Publié aux Éditions de la Paix en 2014, J'en peux plus n'est pas un livre thérapie, écrit pour dompter des démons intérieurs. L'auteure a plutôt voulu sensibiliser ses lecteurs à la réalité qui se cache dans l'ombre de l'intimidation. Si le sujet est malheureusement à la mode, Mme Roy croit qu'on n'en parle pas suffisamment, du moins dans les écoles. «On en parle, mais pas assez en profondeur. On tente des approches, mais ce n'est pas assez. Avec ce livre, j'espère apporter ma pierre aux efforts déployés pour contrer l'intimidation», ajoute-t-elle.

À travers sa littérature, Mme Roy souhaite donc non seulement aider ceux qui deviennent le jouet de l'intimidation, mais qui plus est elle veut que les intimidants prennent acte du tort qu'ils peuvent causer.

«C'est important que les intimidants comprennent l'impact très important qu'ils ont dans la vie des autres. Le roman s'adresse aussi aux parents, pour qu'ils remarquent mieux les signes de détresse envoyés parfois subtilement par leurs enfants. Les professeurs pourront également y trouver leur compte. Je n'y vais pas avec le dos de la cuillère lorsqu'il s'agit des professeurs. J'ai beaucoup de respect pour eux, mais je crois que certains pourraient être plus attentifs à la détresse de leurs élèves lorsqu'il s'agit d'intimidation.»

Dans les prochaines semaines, celle qui étudie actuellement à La Cité d'Ottawa garde espoir que son roman sera lu par bon nombre, mais surtout par le Dalaï-lama. «J'aimerais qu'il sache que sa philosophie m'a réellement aidée. Je n'ai pas encore reçu de réponse, mais j'essaie», conclut Mme Roy avec optimisme.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer