Jeunes de la rue: Jean Beaulieu de retour avec un nouveau projet

Les cartes que montre ici Jean Beaulieu sont... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les cartes que montre ici Jean Beaulieu sont découpées au laser, ce qui leur donne une allure de dentelle vraiment unique.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

Deux ans après avoir quitté Art-go, le peintre verrier Jean Beaulieu, bien connu pour son oeuvre de réinsertion des jeunes de la rue par la création de vitraux, revient à la charge avec un tout nouveau concept.

Cette fois, c'est la création de cartes haut de gamme taillées au laser aux allures de vitraux qui lui permettra de poursuivre le même genre de mission sociale.

M. Beaulieu a procédé, jeudi, au lancement de sa nouvelle entreprise, Wow Imagine, en

compagnie de son partenaire d'affaires, Benoit Matteau, fondateur de l'entreprise Ravitaillement International. 

M. Beaulieu est le directeur artistique de Wow Imagine dont la mission est de créer des partenariats avec des organismes communautaires en urgence sociale, non seulement dans la région, mais partout dans le monde.

Son expérience passée démontre sans l'ombre d'un doute l'efficacité des plateaux de travail à connotation artisanale pour favoriser l'intégration des personnes en situation de rue dans un marché de travail adapté.

Non seulement le laser sera-t-il employé pour fabriquer des cartes de souhaits d'une très grande originalité dans lesquelles il intégrera ses propres oeuvres artistiques, mais il caresse déjà d'autres projets, notamment l'impression d'oeuvres d'art au laser sur des jeans.

La Corporation de l'Amphithéâtre de Trois-Rivières de même que le Centre funéraire Rousseau mettront les cartes en vente dans leurs établissements et les profits

seront versés à l'oeuvre de Jean Beaulieu.

M. Beaulieu indique que les cartes en question peuvent aussi être achetées par des organismes en vue de la tenue de collectes de fonds. Il vise notamment les établissements scolaires et estime que ses cartes se vendront plus facilement que des oranges.

Les villes de Limoges et de Vancouver ont déjà manifesté leur intention de mettre en oeuvre des projets identiques.

«Ce qui est intéressant, ce sont les résultats», a fait valoir jeudi le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. «Quand tu rencontres les gens qui ont eu la chance de travailler dans le programme Art-go et que tu écoutes ces gens parler des bienfaits de l'organisme que Jean a mis en place, ça te touche au coeur», dit-il, en parlant des témoignages des gens qui se sont réintégrés grâce aux démarches d'art inclusif initiées dans le passé par Jean Beaulieu.

L'artiste a laissé savoir, jeudi, qu'il voulait laisser plus que des tableaux et des vitraux, à la fin de sa vie. 

«J'avais le goût de laisser quelque chose qui va me survivre. Ça va pouvoir continuer

même si, un jour, on va tous y passer», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer